Les magistrats au procès de Nuremberg, 1946
Les magistrats au procès de Nuremberg, 1946
Les magistrats au procès de Nuremberg, 1946 ©AFP - Pixfeatures / C3398_Pixfeatures / DPA
Les magistrats au procès de Nuremberg, 1946 ©AFP - Pixfeatures / C3398_Pixfeatures / DPA
Les magistrats au procès de Nuremberg, 1946 ©AFP - Pixfeatures / C3398_Pixfeatures / DPA
Publicité
Résumé

Comment s'est formée la justice internationale après les horreurs de la Seconde Guerre mondiale ? Philippe Sands, avocat spécialisé dans la défense des droits humains, retrace l'Histoire en y mêlant le récit des blessures de sa propre famille.

avec :

Philippe Sands (Avocat spécialisé dans la défense des droits de l'Homme, professeur de droit au University College de Londres.).

En savoir plus

"La thèse de la banalisation du mal, je ne l'accepte pas. Eichmann savait exactement ce qu'il faisait." Philippe Sands

Philippe Sands est spécialisé dans la défense des droits de l’homme, et en droit environnemental. Il a participé à la naissance de la cour pénale internationale, et a eu à traiter autant de contentieux en mer de Chine que des questions d’extradition de Pinochet à la fin des années 1990. Il enseigne par ailleurs le droit à l’University College de Londres.

Publicité

Ses deux précédents ouvrages ont suscité de vifs débats au Royaume-Uni : Lawless World en 2005 interrogeait la légalité de l’intervention militaire en Irak en 2003, ou plutôt son absence de bases légales.

Le suivant, Torture Team, en 2008 racontait comment des avocats américains ont été mobilisés justifier les techniques d’interrogatoire renforcé, à Guantanamo notamment.

Aujourd’hui, il publie Retour à Lemberg, aux éditions Albin Michel, meilleur livre de l’année au British Book Awards. En ouverture, il écrit « avoir toujours été fasciné par le procès et les mythes de Nuremberg, par ce moment où notre système de justice internationale a pris naissance », son caractère inaugural/ catalyseur derrière le côté « justice des vainqueurs ».

Alors il a décidé d’enquêter. De remonter aux origines de cette justice, à partir de deux figures : celle de Raphael Lemkin, qui a introduit dans le droit la notion de génocide, et celle Hersch Lauterpacht, celle de crime contre l’humanité.

Tous deux ont vécu à Lviv, aujourd’hui en Ukraine, ex-Lemberg, une ville passée d’une occupation à l’autre, des Autrichiens aux russes, puis à nouveau aux autrichiens, puis à Ukraine, puis à la Pologne, à l’Union soviétique, à l’Allemagne, de nouveau à l’URSS, et finalement à l’Ukraine. Une ville qui à chaque fois change de nom, et qui reste au croisement de nombreuses cultures, de plusieurs parfums. Une ville gouvernée aussi en 1942 par l’avocat préféré d'Hitler, un certain Hans Frank. Une ville où est enfin né son grand-père maternel Leon Buchholz en 1904. Une histoire vraie de destins croisées, où les coïncidences se multiplient, et qui mêle la petite histoire à la Grande. Il y raconte ce qu’il a découvert et surtout comme il l’a découvert.

Dans le prolongement, un film, What Our Fathers Did: A Nazi Legacy peut être vu sur Netflix.

"L'horreur, c'est lorsqu'un groupe d'êtres humains en désigne un autre pour dire : eux, ce ne sont pas des êtres humains." Philippe Sands

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Références

L'équipe

Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Production
Claire Mayot
Production déléguée
Charlotte Roux
Réalisation
Peire Legras
Réalisation