Jérusalem 1948
Jérusalem 1948
Jérusalem 1948  ©AFP
Jérusalem 1948 ©AFP
Jérusalem 1948 ©AFP
Publicité
Résumé

Jean-Paul Chagnollaud, professeur de science politique, directeur à l'Institut de recherche et d'études Méditerranée Moyen-Orient Il dresse le bilan du conflit israélo-palestinien dans Israël-Palestine : la défaite des vainqueurs (Sindbad, mai 2017)

avec :

Jean-Paul Chagnollaud (professeur émérite des universités, président de l’IREMMO (Institut de Recherche et d'Études Méditerranée Moyen-Orient)).

En savoir plus

Le 5 juin, c’est le 50ème anniversaire de la guerre des 6 jours qui opposa l’Israël à l’Egypte, la Jordanie et la Syrie du 5 au 10 juin 1967 et s’est soldée par une victoire d’Israël. Paradoxalement, cette guerre avait relancé l’hypothèse de la solution à 2 Etats.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Un demi-siècle plus tard les versions de cette guerre divergent encore mais on peut grosso modo dire qu’elle est présentée comme « attaque préventive » d'Israël contre ses voisins arabes, à la suite du blocus du détroit de Tiran aux navires israéliens par l'Égypte le 23 mai 1967. Le soir de la première journée de guerre, la moitié de l'aviation arabe était détruite ; le soir du 6e, les armées égyptiennes, syriennes et jordaniennes étaient défaites. Les chars de l'armée israélienne bousculèrent leurs adversaires sur tous les fronts. En moins d'une semaine, l'État hébreu tripla son emprise territoriale : l'Égypte perd la bande de Gaza et la péninsule du Sinaï, la Syrie est amputée du plateau du Golan et la Jordanie de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est.

Publicité

Plus symbolique encore que la défaite arabe fut la prise de la vieille ville de Jérusalem. Israël considère alors cette ville comme sa capitale, sans la reconnaissance de la plus grande partie de la communauté internationale.

Jean-Paul Chagnollaud, professeur de sciences politiques à l'université de Cergy-Pontoise, spécialiste de la question palestinienne, rédacteur en chef de la revue Confluences Méditerranée et directeur de la collection Comprendre le Moyen-Orient chez L'Harmattan. Il présente le conflit israélo-palestinien comme la "Défaite du vainqueur" (titre de son nouvel essai), et utilise cette formule oxymorique pour illustrer 2 aspects du conflit essentiels à ces yeux :

- L’Israël est de fait le vainqueur de la situation actuelle puisqu’il exerce une domination militaire et humaine sur les territoires palestiniens qu’il colonise, et que le rapport de force est totalement asymétrique

- Mais comme ces victoires sont acquises par la force et non par le droit, seul à même d’instaurer une paix durable, et qu’aucun compromis souhaitable n’a été trouvé, Chagnollaud ne peut se résoudre à parler de victoire, d’où l’idée d’une « défaite du vainqueur »

Pour lui, l’évolution du conflit depuis 50 ans a conduit à une véritable impasse diplomatique puisqu’aucun dirigeant des grandes puissances occidentales n’est prêt à envisager le problème en d’autres termes et réinventer les cadres & termes des processus négociateurs. Il voit des solutions, mais ne peut concevoir leur application dans l’échiquier géopolitique actuel.

"Il faut se rappeler que deux générations entières n'ont connu que des situations d'occupation systématique et de domination."

"Depuis 1977, il se produit un processus de colonisation implacable, accéléré et densifié, qui change la nature du conflit."

"On a tourné le dos à toute proposition politique qui pourrait aboutir à cette solution à deux Etats."

"Le risque à prendre aujourd'hui est un risque de la paix, pas un risque de la guerre."

Jean-Paul Chagnollaud

Sons diffusés :

- Extrait d'une parole de l'écrivain Amos Oz et deuxième extrait de voix d'aujourd'hui, du documentaire Des voix au-delà de la censure, diffusé ce soir sur Arte
- Extrait d'une parole de l'éditorialiste Ari Shavit, journaliste au quotidien Haaretz, dans le documentaire A l'ouest du Jourdain, d'Amos Gitai, présenté à la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes et projeté au Forum des images le 8 juin

-------------------------

Retrouvez la romancière américaine Jean Hegland en première partie d'émission...

Références

L'équipe

Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Production
Luc-Jean Reynaud
Réalisation
Claire Mayot
Production déléguée
Henri Le Blanc
Collaboration
Clémence Mary
Collaboration
Peire Legras
Réalisation