France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus

Pour la dernière partie de la Grande Table , Abdellah Taïa restera à notre table ** pour s'interroger sur la question de l'intégration ** aux côtés du prêtre du diocèse de Lyon, Christian Delorme, particulièrement impliqué dans le dialogue inter-religieux, co-initiateur de la Marche pour l’égalité (« Marche des beurs » en 1983).


Abdellah Taïa : Il ne faut pas oublier que le terrorisme islamiste, avant les attentats de Charlie Hebdo , tuait avant tout des musulmans.

Publicité

Abdellah Taïa : En France, tout ce qu'on entend sur la notion de musulman depuis le 7 janvier et tout ce que cela permet à certains de dire, c'est un autre piège, une autre stigmatisation que l'on tend aux musulmans. Il faudra de nouveau dire qu'on n'est pas ça, y passer son temps, alors qu'il y a d'autres questions vitales, plus importantes auxquelles il faut répondre.

Père Christian Delorme : La responsabilité de la société française est importante. Je crois qu'elle a encore des réflexes coloniaux très fort.

Père Christian Delorme : Il faut que les jeunes soient fiers d'être ce qu'ils sont et qu'ils apprennent à devenir fiers d'une France, qui normalement est capable de vivre avec toutes ces différences.

Père Christian Delorme : 10% des militaires français sont des franco-maghrébins, franco-musulmans. Aujourd'hui les musulmans de France protègent l'ensemble de la nation.

--> Raphaël Bourgois dans sa chronique *Des idées au quotidien * revient sur "L'impossibleenseignement du fait religieux". Il fait référence à l'article de l'historien Alain Besançon "Une science des religions est-elle possible?" dans le dernier numéro de la revue* Commentaire*

Son diffusé :

  • "Madame la République" de Ridan

Pour réécouter la première partie de l'émission "Artistes : des voix inaudibles", cliquez-ici.

Références

L'équipe

Caroline Broué
Caroline Broué
Caroline Broué
Production
Raphaël Bourgois
Production déléguée
Philippe Baudouin
Réalisation