Un visiteur devant le portrait du rappeur américain LL Cool J par Kehinde Wiley, lors de l'exposition "Americans Now" à la Smithsonian National Portrait Gallery (Washington, D.C.), le 23 août 2010 ©Maxppp - Michael Reynolds / EPA
Un visiteur devant le portrait du rappeur américain LL Cool J par Kehinde Wiley, lors de l'exposition "Americans Now" à la Smithsonian National Portrait Gallery (Washington, D.C.), le 23 août 2010 ©Maxppp - Michael Reynolds / EPA
Un visiteur devant le portrait du rappeur américain LL Cool J par Kehinde Wiley, lors de l'exposition "Americans Now" à la Smithsonian National Portrait Gallery (Washington, D.C.), le 23 août 2010 ©Maxppp - Michael Reynolds / EPA
Publicité
Résumé

Le développement de certains domaines d'étude, comme la subalternité ou le genre, permet d'apporter un regard nouveau sur la création artistique passée et présente. Anne Lafont analyse aujourd'hui la mue de l'art, notamment à travers les prismes de l'histoire des femmes et de la notion de "race".

avec :

Anne Lafont (Historienne de l'art, directrice d'étude à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS).).

En savoir plus

"Ce qui m'a intéressée c'est comment l'objet choisi pour rentrer dans les cabinets de curiosité devient un lieu de plaisir, mais aussi un lieu où sa qualité de merveille oblige à adopter une dimension intellectuelle pour le comprendre."

On interroge aujourd'hui ce que les nouveaux axes de la recherche que sont les études de genre ou les études subalternes nous apprennent, et comment la déconstruction des stéréotypes et de leur poids dans les processus de discrimination et de domination est appliquée à l'histoire de l'art ; comment enfin en retour celle-ci nous renseigne sur la représentation de celles et ceux qu'on rendait invisibles dans la société. Et il reste du chemin à faire... Pour nous y aider, nous recevons aujourd'hui l'historienne de l'art Anne Lafont, directrice d'études à l'EHESS, titulaire de la chaire "Histoire de l'art et créolités". 

Publicité

Sons diffusés : 

  • Helena Rubinstein, au micro de Georges Charensol et Marcelle Berr de Turique, dans L'art et la vie, 20 août 1949, RTF
  • Aimé Césaire, Archives littéraires de la RTF, 1960 (archive INA)
  • David Bobée, au micro de Stéphane Bonnefoi, dans LSD, la série documentaire, 28 août 2017, France Culture

Dans la première partie de La Grande Table, les artistes détruisent la maison comme symbole d'enfermement des femmes. A (ré)écouter ici : 

27 min
Références

L'équipe

Raphaël Bourgois
Raphaël Bourgois
Maxime Morin
Collaboration
Claire Mayot
Production déléguée
Chloé Leblond
Collaboration
Henri Le Blanc
Collaboration
Bertille Bourdon
Collaboration
Clémence Mary
Collaboration
Camille Ferey
Collaboration
Copélia Mainardi
Collaboration
Lise Côme
Réalisation