Christia Bale dans le film "American Psycho" ©AFP - Am Psycho productions / Edward R / Collection ChristopheL
Christia Bale dans le film "American Psycho" ©AFP - Am Psycho productions / Edward R / Collection ChristopheL
Christia Bale dans le film "American Psycho" ©AFP - Am Psycho productions / Edward R / Collection ChristopheL
Publicité
Résumé

François Cusset, historien des idées, publie "Le Déchaînement du monde : logique nouvelle de la violence" (La Découverte, mars 2018).

avec :

François Cusset (Historien des idées, professeur de civilisation américaine à l’Université de Paris Nanterre).

En savoir plus

Les nouvelles logiques de la violence 

Si on est la cible d'une violence structurelle ou systémique, il est légitime de se mobiliser face à la violence répressive. Ce n'est pas, comme voudrait le faire croire l'Etat, une contre-violence, mais de la défense active." François Cusset

Publicité

Zadistes expulsés, facs bloquées par les étudiants puis débloquées par les forces de l'ordre, Syrie bombardée : il suffit au citoyen d'ouvrir n'importe quel journal pour que la violence lui saute aux yeux. Mais cette violence manifeste, cette violence événementielle, ne voile-t-elle pas une violence souterraine, une violence qui elle serait structurelle, invisible certes, mais non moins dévastatrice ?

L’historien des idées François Cusset, professeur de civilisation américaine à l’université Paris-Nanterre, auteur de La Décennie (2006) et précédemment de La Droitisation du monde (2016), qui remontait aux sources de cette violence à visage nouveau, retraçant un demi-siècle politique, contre-révolutionnaire, un cycle regressif, marqué par les évolutions d’un «capitalisme familial, national et protectionniste devenu spéculatif, actionnarial et mondialisé». Et par une révolution technologique à double tranchant. Cycle durant lequel l’Etat aussi a changé de camp, brouillant les clivages politiques à gauche comme à droite.

Une réflexion qu’il prolonge aujourd’hui son nouvel essai : Le Déchaînement du monde, publié à La Découverte où il donne à voir les nouvelles formes de la violence. 

Angle mort de notre temps, violence invisible ou violence refoulée, elle est pourtant omniprésente. Et elle circule, de la parole au geste, de la contrainte à l’angoisse qu’elle suscite. Une violence intrinsèque au système, fragmentée, circulatoire, protéiforme, et d’autant plus intense. 

"Alors qu'hier on tabassait des élèves dans la cour de récré, aujourd'hui on les harcèle collectivement sur internet. Il ne s'agit pas de savoir si la violence a diminué ou augmenté, mais d'analyser son changement de nature." François Cusset 

Références

L'équipe

Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Production
Claire Mayot
Production déléguée
Charlotte Roux
Réalisation
Chloé Leblond
Collaboration
Henri Le Blanc
Collaboration
Clémence Mary
Collaboration
Peire Legras
Réalisation