Kuala Lumpur ©Reuters - Edgar Su
Kuala Lumpur ©Reuters - Edgar Su
Kuala Lumpur ©Reuters - Edgar Su
Publicité
Résumé

Serge Audier, philosophe, maître de conférences à l’université Paris-Sorbonne (Paris-IV), pour La société écologique et ses ennemis (pour une histoire alternative de l’émancipation) paru le 16 mars aux Editions La Découverte.

avec :

Serge Audier (maître de conférences en philosophie morale et politique à la Sorbonne (Paris IV)).

En savoir plus

Après avoir réfléchi au néolibéralisme et la pensée anti-68, bataillé avec Machiavel et retrouvé Tocqueville, ce maître de conférences de l'université Paris-Sorbonne vient de rédiger La société écologique et ses ennemis, paru ce mois aux éditions La Découverte. A distinguer de l'écologie, discipline scientifique, et de l'écologie politique, sorte de doctrine économique en lien avec son environnement. Des promesses oubliées d'une société écologique à l'exhumation des possibles ensevelis, il dresse un inventaire critique des dégâts causés par le projet industriel qui s'est réalisé en opposition avec la nature et tente de retrouver les voies oubliées de cette société.

"Je reconstitue dans ce livre un nouveau rapport à la nature, un paradigme alternatif."

Publicité

"Après 68, il y a eu un mouvement de basculement concernant l'écologie, de contre-offensive, associé à la révolution néo-libérale"

"Après 68, il y a eu un mouvement de basculement concernant l'écologie, de contre-offensive, associé à la révolution néo-libérale""Une écologie progressiste ne dissocie pas le respect de la nature et la question sociale. Les questions d'émancipation et d'égalité doivent s'inscrire dans un nouveau rapport à la nature".

"Après 68, il y a eu un mouvement de basculement concernant l'écologie, de contre-offensive, associé à la révolution néo-libérale""Une écologie progressiste ne dissocie pas le respect de la nature et la question sociale. Les questions d'émancipation et d'égalité doivent s'inscrire dans un nouveau rapport à la nature"."L'écologie n'est pas encore parvenue, en France et ailleurs, à une véritable hégémonie intellectuelle et culturelle"

"Après 68, il y a eu un mouvement de basculement concernant l'écologie, de contre-offensive, associé à la révolution néo-libérale""Une écologie progressiste ne dissocie pas le respect de la nature et la question sociale. Les questions d'émancipation et d'égalité doivent s'inscrire dans un nouveau rapport à la nature"."L'écologie n'est pas encore parvenue, en France et ailleurs, à une véritable hégémonie intellectuelle et culturelle""Si la société ouverte a été maltraitée par des mouvements réactionnaires, la société écologique a été maltraitée par certains mouvements progressistes"

"Après 68, il y a eu un mouvement de basculement concernant l'écologie, de contre-offensive, associé à la révolution néo-libérale""Une écologie progressiste ne dissocie pas le respect de la nature et la question sociale. Les questions d'émancipation et d'égalité doivent s'inscrire dans un nouveau rapport à la nature"."L'écologie n'est pas encore parvenue, en France et ailleurs, à une véritable hégémonie intellectuelle et culturelle""Si la société ouverte a été maltraitée par des mouvements réactionnaires, la société écologique a été maltraitée par certains mouvements progressistes""Les menaces actuelles : les climato-sceptiques, Trump, les multinationales, le capitalisme dans son visage dominant... Mais demeure que la gauche n'a pas intégré l'écologie autant qu'elle le devrait."

Sons diffusés :
- Nicolas Hulot, extrait d'un interview à la matinale de France Inter, ce 23 mars 2017

Retrouvez l'écrivain espagnol Enrique Vila-Matas en première partie d'émission

Références

L'équipe

Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Production
Luc-Jean Reynaud
Réalisation
Claire Mayot
Production déléguée
Henri Le Blanc
Collaboration
Clémence Mary
Collaboration
Peire Legras
Réalisation