nouveau roman
nouveau roman
nouveau roman -  J.P. Couderc / L’Express
nouveau roman - J.P. Couderc / L’Express
nouveau roman - J.P. Couderc / L’Express
Publicité
Résumé

Le roman doit-il être un genre mort, bourgeois, dépassé ? Sophie Divry, écrivaine, questionne le domaine romanesque avec l’essai "Rouvrir le roman", paru le mois dernier aux éditions Noir sur Blanc.

avec :

Sophie Divry (Ecrivain).

En savoir plus

Rouvrir le roman serait parti d'une "idée simple" : "Le roman, loin d'être un genre mort, bourgeois ou dépassé, réservé aux amateurs d'histoires simples, demeure un genre des plus inclusifs et des plus féconds pour engager la littérature dans des voies créatives nouvelles."

"J'ai voulu nettoyer les idées reçues à la fois sur la tradition et sur la lutte contre la tradition, contre la convention romanesque comme l'ont fait les auteurs du nouveau roman. Cette lutte peut aussi nous dénutrir."

Publicité

"La littérature est un monde qui se transmet et s'apprend, où personne n'arrive à neuf : j'ai tenté d'y faire une place nette" Sophie Divry, La Grande Table

"Rouvrir le roman" donc pour analyser comment la littérature contemporaine investit les représentations dur réel. C'est la tâche que s'est fixée l'écrivain Sophie Divry, déjà auteure de La condition pavillonnaire et de Quand le diable sortit de la salle de bains aux Editions Noir sur Blanc à Lausanne... Elle définit ce nouvel essai comme un "Plaidoyer de théorie littéraire" contre le lamento des "déclinologues" et pour remobiliser les lecteurs.

"La littérature doit réfléchir sur elle-même pour éviter de retomber dans les arcanes de technique commerciale"

"Les romanciers peuvent se permettre de faire des choix moraux que des journalistes ne sont pas censés faire : tout est dans l'émotion artistique proposée au lecteur"

"Le roman n'apporte pas des réponses mais des mises en forme de questionnement."

"Je pense que nous sommes tous travaillés par des dispositions différentes et qu'on ne peut pas se faire taire en tant qu'auteur. Si un auteur souhaite changer de style à chaque roman, il peut le faire."

"On aurait pu appeler le nouveau roman "l'école du regard" : ces auteurs nous ont ouvert les yeux mais c'est une voie soustractive, ascétique, qui ne peut se substituer à une recherche réelle, "multiplicative"." Sophie Divry, La Grande Table

Sons diffusés :
- Extrait de La Grande Table du 4 juin 2014, Tristan Garcia
- Marguerite Duras, Emission Apostrophes, 1984, Remise du prix Goncourt pour son roman "L'Amant"
- Louis Aragon, 27 janvier 1967 (archive INA)

Pour (ré)écouter notre émission Disney en musique, avec le compositeur Alan Menken et l'acteur Dan Stevens à l'affiche de la Belle et la Bête, c'est ici

Références

L'équipe

Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Production
Luc-Jean Reynaud
Réalisation
Claire Mayot
Production déléguée
Henri Le Blanc
Collaboration
Clémence Mary
Collaboration
Peire Legras
Réalisation