Cinéma : "Madres Paralelas" de Pedro Almodovar et "La Fièvre de Petrov" de Kirill Serebrennikov

Penélope Cruz dans "Madres paralelas" de Pedro Almodovar // Semyon Sezin dans "LA fièvre de Petrov" de Kirill Serebrennikov
Penélope Cruz dans "Madres paralelas" de Pedro Almodovar // Semyon Sezin dans "LA fièvre de Petrov" de Kirill Serebrennikov - El Deseo - Iglesias Mas // Hype Film
Penélope Cruz dans "Madres paralelas" de Pedro Almodovar // Semyon Sezin dans "LA fièvre de Petrov" de Kirill Serebrennikov - El Deseo - Iglesias Mas // Hype Film
Penélope Cruz dans "Madres paralelas" de Pedro Almodovar // Semyon Sezin dans "LA fièvre de Petrov" de Kirill Serebrennikov - El Deseo - Iglesias Mas // Hype Film
Publicité

Deux films en débat cette semaine : "Madres Paralelas" de Pedro Almodovar et « La Fièvre de Petrov » de Kirill Serebrennikov. Découvrez l’avis de nos critiques

Avec

La Grande Table critique : chaque vendredi, une poignée de critiques passionnés échangent et se disputent autour de films, de livres, d’expositions, de disques, de bande-dessinées, etc... On y parle de l’actualité culturelle avec enthousiasme et contradiction. 

Au sommaire cette émission, deux films :   La Fièvre de Petrov de Kirill Serebrennikov et Madres Paralelas de Pedro Almodovar et, en salles depuis le 1er décembre. 

Publicité

Pour en parler, aux côtés de Lucile Commeaux : Philippe Azoury, critique, et Murielle Joudet, critique cinéma aux Inrocks

« La Fièvre de Petrov » de Kirill Serebrennikov

Le film : Affaibli par une forte fièvre, Petrov est entraîné par son ami Igor dans une longue déambulation alcoolisée, à la lisière entre le rêve et la réalité. Progressivement, les souvenirs d’enfance de Petrov ressurgissent et se confondent avec le présent…

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Extraits

"Serebrennikov propose deux heures et demi d'une absolue virtuosité. On en reste interdit. Le sens échappe, il y a un grand trouble, un malaise, un aspect maladif. La Fièvre de Petrov est un grand film énigmatique qui demande toute l'attention, la concentration du spectateur." Philippe Azoury

"J'ai l'impression d'avoir vu ce film cent fois, le sentiment d'un geste cannois encore répété. A nouveau le mélange du rêve et de la réalité, la prime à l'hallucination, le propos politique vague, etc... Le film est une sorte de "prêt-à-parler critique" rempli d'effets de manche qui témoignent d'une grande peur du vide." Murielle Joudet

Le Billet culturel
3 min

« Madres Paralelas » de Pedro Almodovar 

Le film : Deux femmes, Janis et Ana, se rencontrent dans une chambre d'hôpital sur le point d’accoucher. Elles sont toutes les deux célibataires et sont tombées enceintes par accident. Janis, d'âge mûr, n'a aucun regret et durant les heures qui précèdent l'accouchement, elle est folle de joie. Ana en revanche, est une adolescente effrayée, pleine de remords et traumatisée. Janis essaie de lui remonter le moral alors qu'elles marchent telles des somnambules dans le couloir de l'hôpital. Les quelques mots qu'elles échangent pendant ces heures vont créer un lien très étroit entre elles, que le hasard se chargera de compliquer d'une manière qui changera leur vie à toutes les deux.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Extraits

"Almodovar est un grand cinéaste du numérique et de la couleur. Visuellement, le film est splendide. [...] Il tente, dans Madres Paralelas, de prendre en charge le passé franquiste de son pays et s'intéresse à la façon qu'à la grande histoire de percuter, d'atomiser son système esthétique. C'est, je crois, la grande question, passionnante, du film." Murielle Joudet

"J'ai trouvé ce film extrêmement émouvant. Ce scénario, ce jeu, cette image, il n'y a qu'Almodovar pour les manier. [...] Que faire du passé ? L'oublier ? Le déterrer ? Le déconstruire, puis recréer ? Le film se saisit de ces questions d'une manière à la fois subtile et sidérante."  Philippe Azoury

Plan large
59 min

Ecoutez la deuxième partie de La Grande Table critique du 3 décembre : 

La Grande Table critique
31 min

L'équipe