1 et 4 "Memory Box de Joana Hadjithomas" et Khalil Joreige // 2 et 3 "Spencer" de Pablo Larrain
1 et 4 "Memory Box de Joana Hadjithomas" et Khalil Joreige // 2 et 3 "Spencer" de Pablo Larrain
1 et 4 "Memory Box de Joana Hadjithomas" et Khalil Joreige // 2 et 3 "Spencer" de Pablo Larrain - Haut et Court, Abbout Productions // Pablo Larraín,DCM
1 et 4 "Memory Box de Joana Hadjithomas" et Khalil Joreige // 2 et 3 "Spencer" de Pablo Larrain - Haut et Court, Abbout Productions // Pablo Larraín,DCM
1 et 4 "Memory Box de Joana Hadjithomas" et Khalil Joreige // 2 et 3 "Spencer" de Pablo Larrain - Haut et Court, Abbout Productions // Pablo Larraín,DCM
Publicité
Résumé

En débat cette semaine : « Spencer » de Pablo Larrain et« Memory Box » de J. Hadjithomas et K. Joreige. Découvrez l'avis de nos critiques...

avec :

Antoine Guillot (journaliste, critique de cinéma et de bandes dessinées, producteur de l'émission "Plan large" sur France Culture), Philippe Azoury (Critique de cinéma, journaliste et auteur).

En savoir plus

La Grande Table Critique: chaque vendredi, une poignée de critiques passionnés échangent et se disputent autour de films, de livres, d’expositions, de disques, de bande-dessinées, etc… On y parle de l’actualité culturelle avec enthousiasme et contradiction.

Sous les feux de la critique cette semaine, deux films : Spencer de Pablo Larrain à voir à partir du 17 janvier sur Amazon Prime et Memory Box de Joana Hadjithomas et Khalil Joreige, en salles le 19 janvier.

Publicité

Pour en parler, aux côtés de Lucile Commeaux :  Antoine Guillot, producteur de l'émission Plan Large sur France Culture et Philippe Azoury, critique cinéma et rédacteur en chef culture de Vanity Fair

🎬 - Memory Box de Joana Hadjithomas et Khalil Joreige

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Le film :

Khalil Joreige et Johanna Hadjithomas sont tous les deux nés en 1969 au Liban, et élaborent depuis des années une œuvre commune, composée de photographies, de vidéos et de films. “Memory Box” s’inscrit dans la continuité de ce travail, il met en scène une mère et sa fille qui vivent au Québec, dans le souvenir douloureux et tu des hommes perdus pendant la guerre au Liban. Un jour, Maïa la mère reçoit du Liban une boîte pleine de photographies, de cassettes audio, de journaux intimes, vestiges d’un passé refoulé et qu’elle n’a jamais partagé. Le tout est aussitôt caché dans la cave, mais c’est sans compter avec la curiosité d’Alex son adolescente de fille.

L’avis des critiques : Extraits

► ► ►   "C’est un film un peu mal foutu mais extrêmement émouvant.    […] C'est vraiment passionnant de voir comment cette recréation en images mouvantes du passé poursuit le travail de K. Joreige et J. Hadjithomas, qui interroge ce trou béant que sont les années 1975 à 1990 dans la mémoire libanaise. L'histoire de la guerre civile n'ayant jamais été réellement racontée, eux le font par de l'image dans ce film et c'est ce que je trouve bouleversant. Le travail graphique qui pourrait sembler un peu gratuit est en réalité le cœur extrêmement émouvant du film. […] Ils auraient pu faire un film qui raconte uniquement la partie des années 80 en se baignant dans leurs propres souvenirs mais ce n'est pas l'enjeu. A ce niveau-là, je trouve ce film à la fois bouleversant et très responsable politiquement parlant." Antoine Guillot

► ► ►   "Mémory Box est un film de plasticien. Khalil Joreige et Joana Hadjithomas n’ont d’ailleurs jamais cessé d'être des cinéastes-plasticiens et avant tout des plasticiens. Ils ont rapport au formel qui est essentiel et dont pâtit sans doute la partie un peu plus fiction du film. […] La façon qu’ils ont de mettre en scène une progressive réappropriation par la fille des souvenirs de la mère comme une transsubstantiation est passionnante. […] La maladresse de ce film est son charme, elle fait son style." Philippe Azoury

Extraits à venir ⌛

À lire aussi : La boîte à souvenirs de J. Hadjithomas & K. Joreige

🎬 - « Spencer » de Pablo Larrain

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Le film :

Spencer c’est le nom de jeune fille de Diana, devenue la plus célèbre princesse du monde lors de son mariage avec le prince Charles en 1981. La plus malheureuse aussi, sa descente aux enfers fut archi documentée, par les tabloïds à l’époque, par la presse du monde entier lors de son décès prématuré à Paris, et par nombre de fictions depuis, à commencer par la très populaire série “The crown”.

Le réalisateur chilien Pablo Larrain, à qui on doit notamment “Jackie”, a choisi de représenter quelques jours de sa vie, trois jours de Noël passés dans la famille royale au château de Sandrigham.

L’avis des critiques : Extraits

► ► ►  "Spencer est un film assez drôle dans son côté horrifique tendance châteaux hantés d’attractions foraines. […] On est complètement dans « Rebecca » d’Alfred Hitchcock avec un Timothy Spall [En Majordome dans Spencer] dans le rôle de Mrs Danvers. Il y a des motifs, hitchcockien tendance gothique sans arrêt. […] Le film pousse l'exagération en permanence y compris dans le jeu de Kirsten Stewart. […] Tout l'intérêt de ce film, après « The Crown » notamment, c’est de faire tout autre chose. […] La musique de Johnny Greenwood me plait parce qu'elle accumule les couches en permanence. Le néoclassicisme et le free jazz mélangés créent un état mental qui n'est pas loin de nous faire voir ce que c'est une psychose. Antoine Guillot

► ► ►  "C’est un film qui m'intriguait beaucoup sur le papier parce que Pablo Larrain travaille depuis quelque temps cette forme du biopic de façon presque expérimentale. Il y a eu "Jackie", mais aussi un film sur Pablo Neruda. Il a quasiment fait trois biopics d'affilée et on se dit qu'il s'est lancé comme un défi à lui-même qu’il veut relever. Mais là, je dois avouer que le film en tant que tel me laisse absolument stupéfait. […] Kristen Stewart est prise dans un over acting littéral où elle en fait des tonnes. On est parfois plus proche du biopic sur Claire Chazal. […] J'ai passé un mauvais moment, mais j’ai beaucoup rit." Philippe Azoury

  • Plus d'informations :  Spencer de Pablo Larrain avec Kristen Stewart, Timothy Spall, Kack Nielen… (A partir du 17 janvier sur Amazon Prime)

À lire aussi : Icône du mystère

Références

L'équipe

Lucile Commeaux
Production
Boris Pineau
Collaboration
Peire Legras
Réalisation
Aïssatou N'Doye
Collaboration