"Jules César en Egypte" par Damiano Michieletto & "Le Songe d'une nuit d'été" par Laurent Pelly
"Jules César en Egypte" par Damiano Michieletto & "Le Songe d'une nuit d'été" par Laurent Pelly
"Jules César en Egypte" par Damiano Michieletto & "Le Songe d'une nuit d'été" par Laurent Pelly - © Vincent Pontet & © Simon Gosselin
"Jules César en Egypte" par Damiano Michieletto & "Le Songe d'une nuit d'été" par Laurent Pelly - © Vincent Pontet & © Simon Gosselin
"Jules César en Egypte" par Damiano Michieletto & "Le Songe d'une nuit d'été" par Laurent Pelly - © Vincent Pontet & © Simon Gosselin
Publicité
Résumé

En débat, deux nouvelles productions, de grands noms (Michieletto, Jaroussky - Pelly, Tourniaire) et une première fois.

avec :

Emmanuel Dupuy (Rédacteur en chef du magazine Diapason), Laurent Bury (Rédacteur en chef adjoint du site forumopera.com).

En savoir plus

La  Grande Table critique : commentaire expert et subjectif de l’actualité culturelle. Chaque semaine, des critiques invités par Lucile Commeaux se rencontrent autour de deux disciplines dans l’amour de l’art et de la dispute.

Au sommaire de cette émission, deux opéras : Jules César en Egypte de Haendel mis en scène par Damiano Michieletto et dirigé par Philippe Jaroussky (pour la première fois dans la fosse), à découvrir jusqu'au 22 mai au Théâtre des Champs-Elysées, et Le Songe d'une nuit d'été de Benjamin Britten mis en scène par Laurent Pelly et dirigé par Guillaume Tourniaire, à découvrir jusqu'au 22 mai à l'Opéra de Lille.

Publicité

Nos critiques du jour :  Emmanuel Dupuy, rédacteur en chef du magazine Diapason, et Laurent Bury, rédacteur en chef adjoint du site forumopera.com.

"Jules César en Egypte" (Haendel) mis en scène par Damiano Michieletto et dirigé par Philippe Jaroussky

Avec Gaëlle Arquez, Sabine Devieilhe, Franco Fagioli, Lucile Richardot...

Présentation : Créé en 1724, Giulio Cesare, sans conteste l’un des ouvrages les plus réussis du compositeur, est avant tout une histoire d’amour. Alors que dans de nombreux opéras de Haendel, mais aussi de bien d’autres compositeurs, les conflits de pouvoir viennent souvent contrecarrer les élans du cœur, ici ce sont des raisons d’état divergentes qui favorisent au contraire l’éclosion et l’affirmation des sentiments les plus tendres. Haendel s’en tient à la puissance de l’amour, supérieure aux intérêts personnels et autres calculs politiques.

Pour ses premiers pas parisiens en fosse avec son ensemble Artaserse, Philippe Jaroussky a choisi un chef-d’œuvre qu’il connaît bien pour avoir chanté à de nombreuses reprises le rôle de Sesto notamment dans la très remarquée production salzbourgeoise aux côtés notamment de Cecilia Bartoli. Côté mise en scène, nous accueillerons pour la première fois avenue Montaigne un vénitien habitué des plus grandes scènes européennes et qui a abordé lui son premier Haendel, Alcina, à l’été 2019 à Salzbourg avec pour Ruggiero... Damiano Michieletto. Tous s’accordent sur son habileté à imaginer des univers délicats et d’une grande efficacité dramaturgique (Son Barbier de Séville pour l’Opéra de Paris est une irrésistible traduction visuelle de la partition endiablée de Rossini). Ses débuts dans l’opéra seria avec Alcina ont montré là aussi son intelligence à donner cohérence et émotion aux si exigeants arias da capo. Sur scène, une équipe familière du Théâtre et de ce répertoire avec en tête un bien joli trio féminin français.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Extraits

Un contresens monumental dans la mise en scène, un grand décalage par rapport au texte. [...] Jaroussky, à la fosse, respire avec les chanteurs. Un beau sens des climats, du théâtre. Manque peut-être une grande vision, un geste unificateur.. Emmanuel Dupuy 

Le Jules César de Haendel enfin pris au sérieux par une mise en scène. [...] Jaroussky, en bon chanteur, partage avec le plateau vocal un vrai souci de l'ornementation dans la reprise des airs. Laurent Bury

  • Diffusion le 25 juin sur France Musique dans le cadre des Soirées Opéra
  • Diffusion à venir sur CultureBox-France.tv, France 3 Nouvelle-Aquitaine, CultureBox la chaîne et Mezzo

"Le Songe d'une nuit d'été" (Britten) mis en scène par Laurent Pelly et dirigé par Guillaume Tourniaire

Présentation : D’étranges créatures rôdent la nuit, dans les bois près d’Athènes, et différents mondes y vivent sans se croiser. Les Amants ne savent pas que les Rustiques existent. Ni les Rustiques ni les Amants ne savent qu’ils sont entourés des fées. Et seul l’ingénieux Puck peut voyager d’un monde à l’autre. Illogique, direz-vous ? Bien sûr, puisqu’il s’agit d’un songe ! Mais qu’on se rassure : tout l’art de Shakespeare, magistralement adapté par Benjamin Britten, est de transformer cette confusion en une féérique comédie des amours.

En 1960, le compositeur est pressé par le temps : il doit impérativement concevoir un opéra pour le festival d’Aldeburg et ne dispose que de sept mois… Il choisit donc une œuvre qui lui est plus que familière. Tantôt ironique, tantôt romantique, tantôt réaliste, tantôt fantastique, les climats créés par Britten réunissent avec bonheur ses différentes inspirations : les chansons du folklore populaire comme la gouaille de son Petit Ramoneur

Passé maître dans l’art de la fantasmagorie, le metteur en scène Laurent Pelly, après les enchantements du Roi Carotte en 2018, a voulu pour ce rêve un nocturne miroitant où accomplir tous les envols, et où même les situations les plus terre à terre s’affranchissent de la pesanteur.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Extraits

Un des meilleurs spectacles de Laurent Pelly. [...] Il n'y a aucun maillon faible dans le plateau vocal, une vraie homogénéité dans l'excellence. Emmanuel Dupuy 

Une réussite totale. Laurent Bury

Ecoutez la première partie de La Grande Table critique du 13 mai 2022 : 

En savoir plus : Deux spectacles à découvrir : "Kliniken" de Julie Duclos et "L'Odyssée" de Krzysztof Warlikowski