Lars Mikkelsen et Morten Hee Andersen incarnent Johannes et August Krogh, prêtres de père en fils
Lars Mikkelsen et Morten Hee Andersen incarnent Johannes et August Krogh, prêtres de père en fils
 Lars Mikkelsen et Morten Hee Andersen incarnent Johannes et August Krogh, prêtres de père en fils - Tine Harden - Arte
Lars Mikkelsen et Morten Hee Andersen incarnent Johannes et August Krogh, prêtres de père en fils - Tine Harden - Arte
Lars Mikkelsen et Morten Hee Andersen incarnent Johannes et August Krogh, prêtres de père en fils - Tine Harden - Arte
Publicité
Résumé

Il avait rencontré un succès inespéré partout dans le monde avec sa série "Borgen, une femme au pouvoir", Adam Price s'attaque maintenant aux arcanes de l'Eglise du Danemark, dans "Au nom du Père", une série tout aussi rythmée par les trahisons et les élections disponible sur arte.tv.

avec :

Adam Price.

En savoir plus

Au début de l'année, le showrunner Adam Price et Netflix annonçait le retour inespéré sur la plateforme d'ici à 2022 de Birgitte Nyborg dans une quatrième saison de Borgen, dix ans après la première diffusion de la série danoise. En attendant, c'est Arte qui propose de visionner les deux saisons de Au nom du Père, l'autre grande série d'Adam Price, sur sa plateforme

J'ai été très inspiré par Shakespeare, mais aussi par la Bible et l'Ancien Testament, par l'histoire d'Abraham, qui pose la question de jusqu'à quel point on est prêt à aller pour sa foi (Adam Price)

Publicité

Au Danemark, le protestantisme luthérien est une religion d'Etat. Pourtant, la société se sécularise de plus en plus. Au nom du Père explore ainsi les différentes manières dont athées et croyants se rejoignent dans leurs doutes et leur douleur, dans l'épreuve du deuil et dans la perspective de la mort.

A titre personnel, je ne suis pas croyant: je suis un athée agnostique. Je suis rempli de doutes et j’aurais tendance à me tourner vers des réponses scientifiques à mes questions. Dans Au nom du Père, la vision du médecin athée ne parvient pas à le consoler de sa propre mort, alors que pour le pasteur, la mort est une étape, et il peut arracher l’angoisse de cette mort, le prendre par la main. (Adam Price)

Comme Borgen, Au nom du Père explore l'universalité dans le particulier: Adam Price choisit une intrigue extrêmement ancrée dans les particularités du contexte danois, de son Eglise. Pourtant, la série parvient à atteindre dans cette particularité une universalité de thèmes, comme le deuil, la foi, la masculinité, la famille, qui permet de s'extirper de l'anecdotique pour parler à tous. 

L'image moral fiable, solide d'un pasteur contraste avec la réalité terrifiante de l'ivrogne qu'est le personnage de Johannes. C'est un orateur remarquable, qui porte le message de Dieu, mais en coulisses, c'est un ivrogne, un très mauvais père, un adultère. Mon histoire s'intéresse à ce contraste. (Adam Price)

À réécouter : Virus, bactéries, ce monde invisible qui est en nous

Extraits sonores

  • Extrait de Au nom du Père, saison 1 épisode 1 (Adam Price, Arte)
  • Aaron Sorkin "Ecrire sur ce qu'il se passe en coulisse" Masterclasse au TIFF Festival (2017)
  • Sidse Babett Knudsen à propos de Borgen (Le Monde, 2012)
Références

L'équipe

Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Production
Caty Reneaux
Collaboration
Thomas Beau
Réalisation
Henri Le Blanc
Collaboration
Laura Dutech-Perez
Collaboration
Oriane Delacroix
Collaboration
Valentine Alloing
Collaboration
Jean Bulot
Collaboration