Portrait de l'écrivain Andreï Makine
Portrait de l'écrivain Andreï Makine
Portrait de l'écrivain Andreï Makine ©AFP - JOEL SAGET
Portrait de l'écrivain Andreï Makine ©AFP - JOEL SAGET
Portrait de l'écrivain Andreï Makine ©AFP - JOEL SAGET
Publicité
Résumé

La Grande table reçoit Andreï Makine, écrivain et académicien, pour "Au-delà des frontières" (Grasset, 30 janvier 2019)

avec :

Andreï Makine (Ecrivain).

En savoir plus

Andreï Makine, romancier sans frontières.

Goncourt en 1995 avec Le Testament Français, l’académicien publie aujourd’hui chez Grasset Au-delà des frontières.

Publicité

Andreï Makine explique en quoi le personnage central du roman, Vivien de Lynden, « l’enfant perdu d’un siècle égaré » et auteur d'un manuscrit très réactionnaire Le Grand Déplacement, l'a intéressé :

Ce qui m'a intéressé, c'est bien sûr ce personnage même de Vivien de Lynden parce que c'est un enfant, c'est notre enfant. C'est l'enfant de cette société libérale, libertaire qui aujourd'hui se renverse en son contraire. Avec cette permissivité totale, on rencontre de plus en plus quand même le diktat du politiquement correct. Comment peut-on publier aujourd'hui ce brûlot ? A l'intérieur d'un roman de Makine on peut le faire. On peut le faire grâce à ce subterfuge stylistique mais c'est vrai qu'il paraît impubliable. 

Au-delà des frontières, véritable exercice de style, celui d’un « roman dans le roman », à travers la lecture que le narrateur fait du manuscrit du Grand Déplacement, pose la question de l'identité :

Ce qui sauve Lynden et sa mère Gaia - c'est elle qui a envoyé le manuscrit au narrateur, le narrateur qu'elle va rencontrer et aimer, c'est qu'ils découvrent la vraie identité. Et notre vraie identité, c'est notre fugacité. Nous vivons entre 20 000 et 30 000 jours. Ce n'est pas la classe, ce n'est pas la race, ce n'est pas le niveau de richesse. Non, nous sommes des êtres très fugaces et ça on l'oublie souvent__.

Quand on exprime une idée, il faut aller pour démontrer ne serait-ce que sa folie, il faut aller jusqu'à son terme logique. Sinon, il y a toujours des non-dits et les non-dits c'est comme des abcès qui un jour crèvent et puis qui nous contaminent. 

33 min
Références

L'équipe

Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Production
Henri Le Blanc
Collaboration
Maja Neskovic
Production déléguée
Laura Dutech-Perez
Collaboration
Marie Plaçais
Réalisation
Oriane Delacroix
Collaboration
Milena Aellig
Réalisation