Atiq Rahimi
Atiq Rahimi
Atiq Rahimi - Hélène Bamberger/P.O.L
Atiq Rahimi - Hélène Bamberger/P.O.L
Atiq Rahimi - Hélène Bamberger/P.O.L
Publicité
Résumé

L'écrivain et réalisateur franco-afghan Atiq Rahimi est notre invité. Nous le recevons autour du livret qu'il signe pour "Shirine" de Thierry Escaich à l'opéra de Lyon, et de son nouveau roman : "Si seulement la nuit", coécrit avec sa fille Alice Rahimi (éditions P.O.L.).

avec :

Atiq Rahimi (Ecrivain, réalisateur).

En savoir plus

Atiq Rahimi est né en 1962 à Kaboul, mais il vit et travaille aujourd’hui à Paris. En 1984, il quitte l’Afghanistan pour le Pakistan à cause de la guerre, puis demande et obtient l’asile politique en France. Il réalise des films documentaires et adapte en 2004 son roman Terre et cendres, qui, présenté au festival de Cannes, obtient le prix « Regard sur l’avenir ». En 2008, Syngué Sabour obtient le prix Goncourt, et en 2013 Atiq Rahimi l’adapte au cinéma avec Golshifteh Farahani dans le rôle principal.

L'opéra "Shirine", aujourd'hui à l'opéra de Lyon, est l’histoire d'un amour impossible entre Khosrow, roi de Perse, et Shirine, princesse chrétienne d’Arménie. Cette histoire, écrite par le poète perse du XIIe siècle Nezâmî, est issue de l'épopée tragique fondatrice de la culture iranienne pré-islamique. Une fable contemporaine de celle de Tristan et Yseult, aussi célèbre dans les foyers iraniens que la tragédie de Roméo et Juliette en Occident. "C'est une occasion pour Nezâmî de parler de la figure féminine, et de ne pas faire d’elle un objet de désir, mais un sujet de désir" affirme Atiq Rahimi. Pour décrire ce qui unit les personnages, il préfère le mot "aimance" au mot "amour", selon lui trop utilisé. "Dans l’aimance, il y a ce mot « aimant », « errance », et même le mot « démence »" explique Atiq Rahimi. Shirine, femme de pouvoir éprise de liberté, fait écho négativement au recul des droits des femmes dans la société afghane.

Publicité

"Ce récit de Nezami s’enregistre dans le combat que je mène depuis un certain temps" nous dit Atiq Rahimi. "J'ai été révolté de constater que les Talibans sont venus prendre de nouveau le pouvoir dans mon pays natal. Vingt ans après, c'est le retour pur et simple des Talibans en Afghanistan" se désole-t-il.

En février, Atiq Rahimi publie Si seulement la nuit, une correspondance avec sa fille Alice Rahimi lors du confinement. "C’est elle qui m’a relié à ma terre natale. Quatorze ans plus tard, je lui ai raconté ce qu'on avait subi dans notre pays, avec ma famille." Atiq Rahimi raconte la manière dont il peut tisser, par la puissance de l'amour, ce lien avec la génération suivante, qui n'a pas connu l'exil ni les souffrances de son passé.

À lire aussi : Ecologie : les leçons des peuples autochtones

Extraits sonores :

  • Thierry Escaich, extraits de l'opéra de "Shirine"
  • Linda Lê, France Culture, "Par les temps qui courent", 24/02/2020
Références

L'équipe

Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Production
Thomas Beau
Réalisation
Henri Le Blanc
Collaboration
Laura Dutech-Perez
Collaboration
Oriane Delacroix
Collaboration
Lucas Bretonnier
Collaboration