Rosa Bonheur, Labourage nivernais, dit aussi Le sombrage (en 1849), Musée d'Orsay
Rosa Bonheur, Labourage nivernais, dit aussi Le sombrage (en 1849), Musée d'Orsay
Rosa Bonheur, Labourage nivernais, dit aussi Le sombrage (en 1849), Musée d'Orsay - © RMN-Grand Palais (Musée d’Orsay) / Michel Urtado
Rosa Bonheur, Labourage nivernais, dit aussi Le sombrage (en 1849), Musée d'Orsay - © RMN-Grand Palais (Musée d’Orsay) / Michel Urtado
Rosa Bonheur, Labourage nivernais, dit aussi Le sombrage (en 1849), Musée d'Orsay - © RMN-Grand Palais (Musée d’Orsay) / Michel Urtado
Publicité
Résumé

La Grande Table reçoit Natacha Henry, Leïla Jarbouai et Lou Brault pour nous parler de la peintre animalière Rosa Bonheur, à l'occasion du bicentenaire de sa naissance, et en direct du Salon de l'agriculture.

avec :

Natacha Henry (Historienne et journaliste, vient de publier : « Marie et Bronia, le Pacte des soeurs » (Albin Michel Jeunesse).).

En savoir plus

Taureaux musculeux, chevaux en furie, moutons ébouriffés le poil rosi par le crépuscule - à l’occasion du bicentenaire de la naissance de Rosa Bonheur, une exposition au Château-Musée de Thomery lui rend hommage. Une autre se tiendra à l’automne prochain au Musée d’Orsay, au milieu d’ouvrages dont le recueil d’entretiens entre Rosa Bonheur et Anna Klumpke :  Souvenirs de ma vie (Phébus, 2022).

Natacha Henry, historienne, journaliste et essayiste féministe, est l’auteure de deux ouvrages consacrés à Rosa Bonheur : Rosa Bonheur et Buffalo Bill : une amitié admirable (Robert Laffont, 2019) et Rosa Bonheur l’audacieuse (Albin Michel jeunesse, septembre 2020). Elle a dirigé l’édition du recueil d’entretiens entre Rosa Bonheur et Anna Klumpke : Souvenirs de ma vie (Phébus, février 2022), véritable témoignage historique, document de première main sur la vie et l'œuvre de l'artiste.

Publicité

À lire aussi : Rosa Bonheur (1822 -1899), peintre animalière ambitieuse et femme à facettes

Leïla Jarbouai, conservatrice en chef au Musée d'Orsay, et co-commissaire de l'exposition Rosa Bonheur (1822-1899) , qui aura lieu à Paris du 18 octobre 2022 au 15 janvier 2023, nous parle de cette rétrospective consacrée à l'œuvre de l'artiste. "On espère que le public pourra voir l'originalité de Rosa Bonheur par rapport aux autres peintres animaliers. On remarque qu'il y a vraiment une interaction entre la peintre et les animaux à travers le regard, c'est ce tissage de lien qui fait sa spécificité. souligne-t-elle. "Elle arrive vraiment à transmettre l'individualité de chaque animal." Leïla Jarbouai insiste aussi sur le caractère lumineux de la peinture de Rosa Bonheur : "Elle utilise les dernières techniques, les tubes à l'huile, elle pratique la peinture de plein air, sa peinture est très lumineuse, comme en témoigne le Labourage nivernais".

Lou Brault évoque quant à elle l'exposition "Le Musée des œuvres disparues" organisée au Château-Musée Rosa Bonheur, à découvrir à partir du 9 mars 2022 : "on y retrouve ses archives, ses lettres, ses notes, des photos, des plaques de verre, et cela nous permet de comprendre ce personnage. On découvre une femme très moderne." ajoute Lou Brault "On voit que Rosa Bonheur est une figure qui touche le public. Elle a été assez peu étudiée mais il y a encore tout un champ à explorer de son travail."

Natacha Henry insiste quant à elle

Références

L'équipe

Maylis Besserie
Production
Thomas Beau
Réalisation
Henri Le Blanc
Collaboration
Laura Dutech-Perez
Collaboration
Oriane Delacroix
Collaboration
Lucas Bretonnier
Collaboration
Anna-Livia Marchaison
Collaboration