Jérôme Chantreau, Paris, 13.09.2016
Jérôme Chantreau, Paris, 13.09.2016 ©AFP - Joel Saget
Jérôme Chantreau, Paris, 13.09.2016 ©AFP - Joel Saget
Jérôme Chantreau, Paris, 13.09.2016 ©AFP - Joel Saget
Publicité

Qui était Bélhazar, cet adolescent fantasque et solaire mort mystérieusement une nuit de février ? L'écrivain Jérôme Chantreau se jette dans une enquête étourdissante, entre fiction et réalité, dans le roman "Bélhazar" (Phébus, 2021).

Après s'être penché sur la mort de sa mère dans Avant que naisse la forêt(Les Escales, 2016), puis sur celle de son ami d'enfance dans Les enfants de ma mère(Les Escales, 2018), l'écrivain Jérôme Chantreau reprend la plume avec l'histoire d'un adolescent nommé Bélhazar. Le 13 février 2013, Bélhazar sort manger un kebab avec deux copains et s'échappe d'un groupe de jeunes éméchés en tirant une balle en l'air avec son pistolet de collection. Vers minuit, en bas de son immeuble, il est contrôlé par les gendarmes et se prend une balle dans la tête provenant de sa propre arme, qu'il tenait dans la main. Suicide ? Bavure policière ? 

Comprendre l'histoire de Bélhazar, c'est démêler les fils d'une enquête empêtrée mais surtout percer les mystères de la vie de cet adolescent exceptionnel, charismatique, excentrique, passionné, téméraire. Un passionné d'Histoire, notamment de la Première Guerre mondiale. Un admirateur de la nature. Un peintre, un sculpteur, un inventeur. Comme l'explique Jérôme Chantreau, "Au départ, c'est un portrait tragique que j'ai voulu faire, un récit de fait divers. Et puis, grâce à ses parents, je me suis rendu compte que je le connaissais assez mal, qu'il était un artiste exceptionnel. A 18 ans, il avait bâti une oeuvre de peintre, de sculpteur, de collectionneur. A l'intérieur de tout ce qu'il avait fait, il y avait un jeu de piste, une porte vers l'extraordinaire.

Publicité

Aurait-il pu prévoir la fin de sa vie ? Aurait-il laissé des indices derrière lui ? Il n'y a pas de mot pour désigner un parent ayant perdu son enfant, c'est l'innommable même. "L'idée de faire un livre sur un enfant disparu, c'est l'idée de lui rendre la lumière. Faire jour sur ce qu'il était. Sur le scandale de la mort d'un enfant. Se dire que, au moins, Bélhazar aura la possibilité de se survivre à lui-même," précise Jérôme Chantreau. 

Partir sur les traces de Bélhazar, c'est accepter de perdre pied dans une réalité vacillante qui bascule volontiers vers le merveilleux. Comme dans un conte, Jérôme Chantreau nous prend par la main et nous amène sur les traces de Bélhazar, sur la piste du lapin blanc. "Le mythe est créé par les parents, par le hasard...et par la littérature. Ce qui m'intéresse, c'est de puiser dans le réel - parfois le plus cru - les racines de l'imaginaire," suggère Jérôme Chantreau à propos de son écriture. "La fin de l'écriture de Bélhazar était un écriture presque dans un état de transe."

En savoir plus : Redécouvrir les mythes
33 min

Extraits sonores : 

  • Marguerite Duras, "L'ordre antique de l'enfant", France 3, 03.02.1993
  • Philippe Jaenada, Boomerang, France Inter, 03.09.2021
  • Minh Tran Huy, Matières à penser, France Culture. 09.11.2017

L'équipe

Portrait de Maylis Besserie
Portrait de Maylis Besserie
Maylis Besserie
Production
Vivian Lecuivre
Réalisation
Laura Dutech-Perez
Collaboration
Lucas Bretonnier
Collaboration
Chouchane Djergaian
Collaboration
Marceau Vassy
Collaboration
Oriane Delacroix
Collaboration
Henri Le Blanc
Collaboration