Immeuble
Immeuble
Immeuble ©Getty - track5
Immeuble ©Getty - track5
Immeuble ©Getty - track5
Publicité
Résumé

Avec "La Tour" et "Porca Miseria", Doan Bui, grand reporter à L’Obs, et Tonino Benacquista, écrivain et scénariste, livrent deux récits, l'un fictionnel, l'autre autobiographique, empreints d'exil et de déracinement.

avec :

Doan Bui (écrivain et grand reporter à l'Obs, prix Albert Londres), Tonino Benacquista (Ecrivain).

En savoir plus

Doan Bui, grand reporter à L’Obs et lauréate du prix Albert Londres 2013, signe La Tour (Grasset) roman choral qui suit les habitants de la tour Melbourne située dans le quartier des Olympiades à Paris. « Ce qui est fascinant, c’est que l’architecture et l’espace racontent toujours un moment de notre histoire et ce grand projet des années 70 raconte cette idée d’un habitat utopique. Une tour, c’est un espace où on ne se croise pas, où on ne se comprend pas, on se croise sans vraiment se croiser. C’est un peu comme si cette architecture représentait un peu nos écrans d’aujourd’hui. (…) J’ai l’impression que nos architectes d’hier ont inventé dans ces immeubles nos société d’aujourd’hui ». souligne-t-elle. Dans la lignée de Perec et sa Vie mode d'emploi, Doan Bui s'amuse à regarder derrière les portes pour retracer les vies multiples d'individus cohabitant dans le même espace. A travers différents personnages - les Truong, des boat people qui ont fui le Vietnam après la chute de Saigon, Ileana Antonescu, pianiste roumaine venue travailler en France comme nounou, ou Virgile, qui a grandi à Dakar, - elle brosse un portrait de la France et de son histoire coloniale.

Tonino Benacquista, choisit quant à lui et pour la première fois le "Je" pour raconter avec Porca Miseria (Gallimard), l'arrivée de sa famille en France, à Vitry-sur-Seine, dans les année 50. Il retrace ses souvenirs d'enfance issus du "musée imaginaire" qu'est sa mémoire. L'alcoolisme du père, ouvrier à l'usine. La douleur de la mère, éprouvée par l'exil. Les frères et sœurs et les livres longtemps rejetés puis adorés. « [Cette langue française,] elle ne m’était pas donnée. Tous les mécanismes de la langue, tous l’inconscient de la langue, toutes les subtilités de la langue : je ne pouvais pas les demander à mes parents ; Donc il y a eu ce moment où il a fallu conquérir cette langue. » souligne-t-il.

Publicité

À lire aussi : Présidentielle : premières leçons d’une étrange campagne

Extraits sonores :

  • Extrait d'une conférence de presse de Jacques Audiard à Cannes en 2021
  • Extrait de l'émission "Un livre des voix", Georges Perec sur France Culture en 1978
Références

L'équipe

Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Production
Thomas Beau
Réalisation
Henri Le Blanc
Collaboration
Lila Boses
Collaboration
Laura Dutech-Perez
Collaboration
Oriane Delacroix
Collaboration
Lucas Bretonnier
Collaboration
Anna-Livia Marchaison
Collaboration