"Memory Box" (Joana Hadjithomas, Khalil Joreige, 2022)
"Memory Box" (Joana Hadjithomas, Khalil Joreige, 2022)
"Memory Box" (Joana Hadjithomas, Khalil Joreige, 2022) - ©Haut et Court_Abbout Productions_micro_scope
"Memory Box" (Joana Hadjithomas, Khalil Joreige, 2022) - ©Haut et Court_Abbout Productions_micro_scope
"Memory Box" (Joana Hadjithomas, Khalil Joreige, 2022) - ©Haut et Court_Abbout Productions_micro_scope
Publicité
Résumé

Les cinéastes et plasticiens Khalil Joreige et Joana Hadjithomas nous parlent de "Memory Box", un film sur les souvenirs, l'exil et la jeunesse en pleine guerre civile libanaise. En salle le 19 janvier.

avec :

Khalil Joreige (Plasticien, cinéaste.), Joana Hadjithomas.

En savoir plus

Joana Hadjithomas et Khalil Joreige sont plasticiens et cinéastes. Nés en 1969 à Beyrouth, élevés au Liban, contemporains de la guerre civile de 1975 à 1990, ils vivent entre la France et le Liban. Réalisateurs des films A perfect Day (2006), The Lebanese Rocket Society (2012) ou Je veux voir (2008) avec Catherine Deneuve, ils ont reçu en 2017 le Prix Marcel Duchamp.

Leur film Memory box sortira en salle ce mercredi 19 janvier. Premier des quinze longs-métrages en lice pour l'Ours d'Or à la Berlinale 2021, Grand Prix du Festival du film arabe de Fameck en octobre 2021, il montre le poids du secret familial et du passé pour ceux qui veulent oublier.

Publicité

Il montre ainsi le bouleversement que produit l’arrivée d’un colis en provenance de Beyrouth chez Maïa et sa fille, Alex. Celles-ci vivent au Canada, que Maïa et sa mère ont rejoint pour fuir les durs événements de leur pays natal, le Liban. Le mystérieux colis renferme des cahiers, des cassettes et des photographies que Maïa, de 13 à 18 ans, a envoyés de Beyrouth à sa meilleure amie partie à Paris pendant la guerre civile. Dès lors, Alex fera tout pour en savoir plus sur ce passé que sa mère et sa grand-mère veulent taire.

Une manière pour nos deux invités de remonter aussi à leur propre jeunesse et à la manière dont elle a pu être marquée, directement ou indirectement, par la guerre : "C'est peut être les guerres qui ont provoqué en nous le désir de commencer à faire des images, à raconter des histoires, à voir comment on pouvait sortir de ces états là " dit ainsi Khalil Joreige. Reprenant les cahiers et cassettes de jeunesse de Joana, mais aussi les photographies de Khalil, ils les ont en même temps transformés pour les intégrer au film  : "C'est comme un dialogue entre nous. (…) On a quelque part retravaillé nos deux boîtes à mémoire" (Joana Hadjithomas).

Le tournage de Memory Box s'est achevé avant la double explosion du port de Beyrouth le 4 août 2020, que l'on peut encore voir entier dans les scènes finales. Selon Joana, "l'échelle de ce qui a été détruit est inimaginable : un tiers d'une ville soufflé en un instant ; (…) l'échelle est tellement importante qu'on a perdu quelque chose de fondamental, on a été dévastés et on est encore sidérés par ce qui s'est passé. Cette sidération ne passe pas."

À lire aussi : L’Etat doit-il nous manipuler pour notre bien (commun) ?

Extraits sonores :

  • Extraits de Memory Box (Joana Hadjithomas et Khalil Joreige, 2022)
  • Lamia Ziadé, France Culture, "Affaires culturelles", 15/04/2021

bande

Références

L'équipe

Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Production
Thomas Beau
Réalisation
Henri Le Blanc
Collaboration
Laura Dutech-Perez
Collaboration
Oriane Delacroix
Collaboration
Lucas Bretonnier
Collaboration