Affiche des "Arts de l'Islam"
Affiche des "Arts de l'Islam" - Louvre - Rmn Grande Palais © 2019 Agnès Renoult Communication
Affiche des "Arts de l'Islam" - Louvre - Rmn Grande Palais © 2019 Agnès Renoult Communication
Affiche des "Arts de l'Islam" - Louvre - Rmn Grande Palais © 2019 Agnès Renoult Communication
Publicité

Dix-huit expositions simultanées dans dix-huit villes pour mettre les Arts de l'Islam à l'honneur : c'est le défi relevé par la commissaire Yannick Lintz. Elle est notre invitée aux côtés de l'artistes contemporain Adel Abdessemed.

Avec

Lorsque le projet est commandé par Jean Castex, il s'agit d'utiliser la culture et les arts pour lutter contre les discours de haine, les a priori et les instrumentalisations de la culture par le fanatisme religieux. La proposition de la commissaire Yannick Lintz, directrice du département des Arts de l'Islam du Louvre, est le dispositif éducatif Les Arts de l'Islam : un passé pour un présent diffracté dans dix-huit villes françaises, mettant en valeur des objets d'arts islamiques des collections nationales et régionales. Pour Yannick Lintz, *"*nous avons la chance de parler d'art et de civilisation. De parler de quatorze siècles d'une civilisation qui a su produire des objets matériels, non un discours, de ce qui a été, et ce qui est toujours, la diversité de regard d'une civilisation avec ses aspects brillants et parfois plus complexes."

Cet héritage multiculturel est mis en dialogue avec une oeuvre d'art contemporain dans chacune des dix-huit villes. A Nantes, c'est l'artiste franco-algérien internationalement reconnu Adel Abdessemed qui présente sa vidéo God is Design (2005) aux côtés d'objets qui éclairent les fastes de l'empire ottoman, des rois iraniens de la dynastie qajare et des palais de Cordoue.

Publicité
Bouclier, Iran, 19e, métal et décor damasquiné en or et cuivre
Bouclier, Iran, 19e, métal et décor damasquiné en or et cuivre
- H. Neveu-Dérotrie / Musée Dobrée - Grand patrimoine de Loire-Atlantique

Bien que ce domaine artistique naisse avec le début du calendrier musulman, il comprend des objets tant religieux que profanes, d'appartenance tant islamique, que chrétienne, judaïque ou zoroastrienne. D'autres préjugés des arts islamiques seront déconstruits avec l'exposition : plutôt art de cour princière qu'art berbère, tant art "aniconique" non-figuratif qu'art abstrait avec arabesques et motifs géométriques. "L'Islam, ce n'est pas que le monde arabe. [...] Si on les appelle "arts de l'islam", on le doit à l'héritage européen. C'est au XIXe siècle, en pleine fascination des Européens pour ces objets, que se crée cette notion d'arts musulmans, devenu ensuite arts islamiques. En Iran, par exemple, nos collègues ont encore du mal à s'identifier à cette notion. Il faut encore faire comprendre ce qu'il y a derrière", précise Yannick Lintz.

Tous ces trésors composent un héritage multiculturel dont s'inspirent les artistes d'aujourd'hui. Dans chacune des dix-huit expositions, une œuvre d'art contemporaine entre en dialogue avec le passé. Dans God is Design (2005), Adel Abdessemed fait dialoguer des arabesques calligraphiques avec des étoiles de David et des rosaces dignes des cathédrales européennes. "Les œuvres majeures laissent des traces, [...] elles marquent par leurs arabesques. Mais il y a eu des choses avant. L’islam a hérité de la judaïté, du christianisme. L’Islam est venu bien après. Je parle en tant qu’homme et artiste libre dans ce sens-là", explique-t-il. Se plaçant dans l'héritage multiculturel et inter religieux des arts islamiques, il questionne l'injonction aniconique ou non-figurative de l'art religieux musulman.

Yannick Lintz conclut : "C’est un projet de politique culturelle qui n’est pas là pour apporter un Xème discours à ce débat, mais pour prendre du recul par rapport à cette formule marketing du « choc des civilisations » et revenir à une réalité historique. Les objets nous dotent d’une réalité objective."

Coffret en ivoire, Espagne (Madinat al-Zahra, près de Cordoue), 10e siècle (vers 966-967)
Coffret en ivoire, Espagne (Madinat al-Zahra, près de Cordoue), 10e siècle (vers 966-967)
- Paris, musée du Louvre, département des Arts de l'Islam

L'exposition "Arts de l'Islam : un passé pour un présent" à voir du 20 novembre 2021 au 27 mars 2022 à Angoulême, Blois, Clermont-Ferrand, Dijon, Figeac, Limoges, Mantes-La-Jolie, Marseille, Nancy, Nantes, Narbonne, Rennes, Rilieux-la-Pape, Rouen, Saint-Denis, Saint-Louis (La Réunion), Toulouse et Tourcoing.

32 min

Extraits sonores :