Les blouses blanches de Nicolas Philibert

De chaque instant
De chaque instant - Les Films du Losange
De chaque instant - Les Films du Losange
De chaque instant - Les Films du Losange
Publicité

Avec son implication et son regard si singuliers, Nicolas Philibert explore dans son nouveau film "De chaque instant" le monde des élèves infirmières (en salles le 29 août).

Avec

Première partie :

Révélé avec Etre et avoir en 2002 où il filmait le quotidien d’une petite école du massif central, le réalisateur Nicolas Philibert revient avec un nouveau film documentaire, De chaque instant. Passé par Angoulême et présenté à Locarno, ce film est une véritable immersion dans le milieu hospitalier.  

Théorie, pratique et bilan … Un hommage aux soignants, à travers le quotidien d’un groupe d’élèves infirmiers dans un institut de formation à Montreuil.

Publicité

J'aime bien montrer les choses dans leur complexité. J'aime bien considérer le spectateur comme un sujet capable de penser par lui-même. C'est déjà un acte politique de laisser au spectateur sa capacité de réfléchir par lui-même plutôt que de lui dicter ce qu'il doit penser.

Quand on apprend on traverse tout un tas d'émotions. Il s'agit de franchir des obstacles, des difficultés, de donner le meilleur de soi et il y a du désir. Filmer l'apprentissage c'est la possibilité de filmer du désir.

La mise en scène consiste à effacer toute trace d'intention, c'est-à-dire que dès l'intention est trop visible au cœur d'un film on perd la dimension cinématographique.

L'équipe