Ludmila Oulitskaïa (15 mars 2018)
Ludmila Oulitskaïa (15 mars 2018)
Ludmila Oulitskaïa (15 mars 2018) ©AFP - Joel Saget
Ludmila Oulitskaïa (15 mars 2018) ©AFP - Joel Saget
Ludmila Oulitskaïa (15 mars 2018) ©AFP - Joel Saget
Publicité
Résumé

Rendez-vous avec l'auteure russe Ludmila Oulitskaïa. Ecrivaine opposée au régime, elle a aujourd'hui quitté son pays. A l'occasion de la parution de son livre "Le Corps de l'âme" le 7 avril chez Gallimard, elle évoque son rapport à la politique et à la littérature.

avec :

Ludmila Oulitskaïa (écrivaine russe).

En savoir plus

L'écrivaine russe Ludmila Oulitskaïa a aujourd'hui trouvé refuge à Berlin, lieu depuis lequel elle aborde la situation en Ukraine. "La douleur, la honte, la peur. Ce sont les sentiments principaux que nous connaissons tous en ce moment" nous confie-t-elle. Ses ouvrages, qui retracent en toile de fond l'histoire de la Russie depuis la fin de l'ère stalinienne, sont teintés d'une forte ironie envers le régime. "La démocratie n'a rien à voir avec la Russie et n'a jamais eu rien à voir avec la Russie", scande-t-elle. Pourtant, elle affirme que "nous sommes tous responsables de la politique de notre gouvernement".

C'est tardivement que Ludmila Oulitskaïa se tourne vers l'écriture, puisqu'elle commence d'abord une carrière de généticienne, mais est destituée de son métier pour avoir participé à la diffusion de "samizdats", livres interdits à l'époque. Ses ouvrages Sonietchka, Le cas du docteur Koutoski ou encore Le Chapiteau Vert remporteront un grand succès en France comme à l'international. Ils s'entremêlent avec l'histoire de sa famille, aux prises avec le régime stalinien.

Publicité

Ludmila Oulitskaïa est une écrivaine résolument dissidente. Engagée dans l'association "Memorial" pour la préservation de la mémoire des victimes du régime soviétique, elle considère que cette ONG représente ce désir de conserver la mémoire du passé national et la transmission de cette mémoire. Un engagement que l'on retrouve aussi dans son travail d'écriture. Dans Le Chapiteau Vert notamment, elle entend préserver la mémoire du mouvement des dissidents, mal compris voire discrédité par la jeune génération. Elle nous parle de la littérature russe et de sa réception aujourd'hui : "Malheureusement, j'ai l'impression que la merveilleuse littérature russe est devenue comme la pyramide de Keops : elle n'a rien à voir avec le développement de la culture aujourd'hui."

Dans son nouveau roman, Le Corps de l'âme à paraître le 7 avril chez Gallimard, elle tente de cerner par une série de courtes nouvelles une réflexion sur l'union entre l'âme et le corps. Elle nous dit : "L'âme russe est un concept obsolète. Il n'y a pas d'âme russe. Certes, il y a des stéréotypes, et chaque auteur a ses propres stéréotypes. Mais en fait, on est tous un peu mondiaux. Aujourd'hui, je prêche l'idée d'un citoyen mondial."

En fin d'émission, comme chaque semaine depuis le début de l'invasion russe, l'écrivain ukrainien Andreï Kourkov, auteur des Abeilles grises, décrit la situation actuelle à Kiev, le quotidien des habitants et l'instauration du couvre-feu.

33 min

Extraits sonores :

  • Alexandre Soljenitsyne, France Inter (18/09/1993)
  • Svetlana Alexievitch, Lettres étrangères, France Culture (16/07/2016)
Références

L'équipe

Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Production
Thomas Beau
Réalisation
Henri Le Blanc
Collaboration
Laura Dutech-Perez
Collaboration
Oriane Delacroix
Collaboration
Lucas Bretonnier
Collaboration