Mathieu Palain le 17 novembre 2021 ©Radio France - Bertrand GUAY / AFP
Mathieu Palain le 17 novembre 2021 ©Radio France - Bertrand GUAY / AFP
Mathieu Palain le 17 novembre 2021 ©Radio France - Bertrand GUAY / AFP
Publicité
Résumé

Olivia Gesbert reçoit l'écrivain et journaliste Mathieu Palain, lauréat Prix du Roman des étudiants France Culture Télérama pour "Ne t'arrête pas de courir" (L'Iconoclaste)

avec :

Mathieu Palain (journaliste, romancier.).

En savoir plus

Après un marathon de rencontres avec les cinq auteurs de la sélection en une gigantesque tournée de France au sein des universités, en librairies et en ligne, les étudiants jurés ont élu Mathieu Palain lauréat de la neuvième édition du Prix du Roman des Étudiants France Culture - Télérama pour son roman Ne t’arrête pas de courir (éd. L’Iconoclaste). Le prix lui sera remis mi-janvier.

Remarqué pour ses talents de portraitiste dans la revue XXI, Mathieu Palain a publié son premier roman, Sale Gosse, à L’Iconoclaste en 2019, qui a été un succès critique et public. Avec Ne t’arrête pas de courir, il affirme son goût  pour une littérature du réel, dans la lignée des journalistes écrivains. Journaliste, il est notamment l’auteur de la série sur les violences conjugales Des hommes violents sur France Culture.

Publicité

Mathieu Palain apprend par un fait divers l’histoire de Toumany Coulibaly, un coureur d’origine malienne champion de France au 400 mètres, qui a été emprisonné l’année de ses trente ans pour vols et cambriolages divers. Pendant deux ans, tous les mercredis, ils se retrouvent au parloir.

"Le journalisme, ça ne veut pas dire : écrire chiant"

Très vite, Palain se pose des questions passionnantes sur la place du journaliste et les raisons de son obsession pour la prison. Les coïncidences sont nombreuses entre les deux hommes : ils ont presque le même âge et ont grandi à quelques minutes l’un de l’autre sans jamais se croiser. Le premier voulait devenir footballeur professionnel et s’est réorienté vers le journalisme, le second n’avait aucun plan de carrière, mais un talent fou pour courir vite et longtemps. 

Mathieu Palain raconte les dangers d'une proximité possiblement aveuglante du journaliste pour son "sujet" : "Quand vous passez beaucoup de temps sur un sujet, vous avez peur d'en tomber amoureux. Et la distance nécessaire pour étudier avec ça, elle est incompatible avec le trop-plein d'empathie."  Mais aussi, de l'autre côté du parloir, la surprise et l'appréhension de devenir l'objet d'une histoire : "Pour Toumany Coulibay, c'était extrêmement vertigineux d'être le sujet d'une telle entreprise, d'un livre de non-fiction, d'une enquête finalement."

En discutant de son livre, à mi-chemin entre le compte-rendu d'une enquête journalistique, et le roman au long cours, Mathieu Palain récuse la distinction essentielle entre littérature et journalisme, leur reconnaissant des outils communs : "Le journalisme ça ne veut pas dire 'écrire chiant', ça veut dire raconter des histoires vraies, et pourquoi se priver des meilleures manières de raconter des histoires ?"

32 min

Extraits sonores : 

  • Emmanuel Carrère, France Culture, 2016
  • Margaux Nguyen Ngoc Minh, La Grande Table critique, 10/12/21
  • DJ Snake & Future : U are my high