PARIS POLICE 1900
PARIS POLICE 1900 - ©Rémy Grandroques 2019© Rémy Grandroques - Tetra Media Fiction / Canal
PARIS POLICE 1900 - ©Rémy Grandroques 2019© Rémy Grandroques - Tetra Media Fiction / Canal
PARIS POLICE 1900 - ©Rémy Grandroques 2019© Rémy Grandroques - Tetra Media Fiction / Canal
Publicité

Un polar historique qui plonge dans les noirceurs du Paris antisémite et décadent d'une année charnière... Rencontre avec le scénariste de bande-dessinée et de série Fabien Nury, à l'occasion de la série Canal "Paris Police 1900".

Avec

Une grande table qui s'ouvre avec le cinéaste Volker Schlöndorff. Il nous parle de Jean-Claude Carrière, qui nous a quittés hier. 

C'est une grande école pour la vie, pas seulement pour l'écriture. (Volker Schlöndorff)

Publicité

Fabien Nury, quant à lui, est scénariste et réalisateur. Il mêle régulièrement fiction et Histoire dans des bandes-dessinées comme La Mort de Staline (Dargaud, 2010 et 2012, adaptée au cinéma en 2018 par Armando Iannucci), L'Homme qui tua Chris Kyle (Dargaud, 2020) ou Charlotte impératrice (Dargaud, 2018 et 2020). Nous le recevons aujourd'hui autour de sa série Paris Police 1900, diffusée sur Canal + à partir du 8 février.

Fabien Nury sur PARIS POLICE 1900 Episode 8
Fabien Nury sur PARIS POLICE 1900 Episode 8
- Crédits : Rémy Grandroques - Tetra Media Fiction / Canal+

L'Histoire est une folle chevauchée, elle est brutale, elle est violente, elle est au-delà de tout ce que je pourrais imaginer. (...) Toute la richesse de l'univers vient de la documentation. Tout ce que l'on trouve dépasse l'imagination. Ma curiosité est sans cesse récompensée. J'essaye de transmettre les sensations que j'éprouve lors de ma documentation. (Fabien Nury)

On mesure mal notre ignorance sur l'incroyable brutalité et injustice du droit conjugal par exemple. Il y a une exploitation économique, sexuelle. Il m'a paru important de développer des personnages féminins décisifs, qui font la trame de la série, dans un univers brutal et masculin, et dans le genre du polar. (Fabien Nury)

Ce qui frappe, c'est d'abord la précision de la reconstitution historique, jusque dans les moindres détails : des salons bourgeois au quartier des bouchers de la Villette en passant par les bureaux de police, le Paris de la Belle Epoque se déploie, avec des airs d'époque victorienne, de grand roman gothique et social. Montres, pipes, lampes à huile, gramophones, premiers téléphones, appareils photo, calèches, devantures de boutiques, costumes... Un travail qui doit beaucoup au chef décorateur Pierre Quefféléan et à la créatrice de costumes Anaïs Romand. Une ville fantasmée qui rappelle aussi bien les feuilletons sombres de l'époque à la Eugène Sue que les aventures d'un Fantômas, sans oublier la fascination pour les faits divers.

Ce n'était pas mieux avant, mais j'aime quand même m'y promener. (Fabien Nury)

Fabien Nury rêvait de construire une série autour du préfet Lépine, personnage central aux airs de western, en lutte contre les mouvements à la fois antisémites et anarchistes qui menacent la capitale. A cette intrigue politique sur fond d'affaire Dreyfus se mêle une enquête criminelle autour de mystérieux féminicides. Cette affaire de la « valise sanglante » est un vrai cas retrouvé dans les archives par Fabien Nury.

Le scénariste, habitué au maniement des événements historiques dans ses fictions, relie l’histoire du Fort Chabrol à cette enquête, le roman policier et l'antisémitisme violent de l'époque. On croise des personnages du passé comme Marguerite Steinheil, les frères Guérin, Puybaraud ou le député Drumont. Une série qui repose sur un grand travail de documentation et qui nous fait redécouvrir cette époque noire.

33 min

Extraits sonores :