Exposition "Les Vies qu'on mène" par Tendance Floue - Patrick Tourneboeuf
Exposition "Les Vies qu'on mène" par Tendance Floue - Patrick Tourneboeuf
Exposition "Les Vies qu'on mène" par Tendance Floue - Patrick Tourneboeuf - Patrick Tourneboeuf / Tendance floue
Exposition "Les Vies qu'on mène" par Tendance Floue - Patrick Tourneboeuf - Patrick Tourneboeuf / Tendance floue
Exposition "Les Vies qu'on mène" par Tendance Floue - Patrick Tourneboeuf - Patrick Tourneboeuf / Tendance floue
Publicité
Résumé

Partons sur les routes de France avec l’écrivain Nicolas Mathieu et le photographe Patrick Tourneboeuf qui collaborent à l’exposition "Les Vies qu’on mène" du collectif Tendance Floue, présentée à la Cité internationale des arts du 1er mars au 19 mai 2022

avec :

Nicolas Mathieu (Ecrivain), Patrick Tourneboeuf (photographe).

En savoir plus

Le collectif Tendance Floue présente à la Cité internationale des Arts, du 1er mars au 19 mai 2022, son exposition Les Vies qu’on mène : une réflexion photographique sur les mobilités et les incidences sociales, politiques et économiques qu’elles induisent. Caméra à la main, les photographes rendent compte d’une France qui a subi de plein fouet la hausse des carburants et s’est investie dans le mouvement des Gilets jaunes. La mise en scène d'un nous qui « correspond à une radiographie de France, réduite certes mais qui résume bien la France telle qu’elle est aujourd’hui » selon Patrick Tourneboeuf. Que nous raconte alors cette France ? Que nous apprennent les photographes de ce mode de vie où les mobilités sont un enjeu majeur du quotidien ?

Patrick Tourneboeuf, membre du collectif Tendance Floue, s’intéresse à l’importance des lieux et des liens qui les relient. Pour lui, par exemple, « la voiture fait partie de ce sentiment de liberté mais en même temps, on sent qu’il y a une forme de refus de la part d’une certaine partie de la population ». Présentant une double série dans l’exposition, il questionne la dimension spatio-temporelle des mobilités : « Jean-Pierre [un des sujets de ses photographies] ce qui étonnant chez lui et attrayant, c'est qu'il délivre de l’essence qui permet le déplacement des autres alors que lui est immobile ».

Publicité

Nicolas Mathieu est né en 1978 à Epinal. Son roman Leurs enfants après eux, Prix Goncourt 2018, concentre son attention sur une jeunesse française de Lorraine coincée entre ses premiers amours, le poids des fermetures d’usine et la nécessité de se mouvoir dans l’espace géographique et social. En bref, comprendre « comment ça marche ce qui nous meut mais aussi ce qui nous émeut ». C’est à ce titre que le collectif Tendance Floue l’a invité à participer à l’exposition. De cette collaboration est né un texte qui recentre son attention sur les mobilités qui lui permet de souligner que « ce qui est surprenant, c’est sous l’homogénéité de surface, la variété des modes de vie » mais, à chaque fois, « le mouvement était synonyme de liberté ». 

Extraits sonores

Références

L'équipe

Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Production
Thomas Beau
Réalisation
Henri Le Blanc
Collaboration
Lila Boses
Collaboration
Laura Dutech-Perez
Collaboration
Oriane Delacroix
Collaboration
Lucas Bretonnier
Collaboration
Alexandre Fougeron
Réalisation