Une mort dans la famille au théâtre de l'Odéon
Une mort dans la famille au théâtre de l'Odéon
Une mort dans la famille au théâtre de l'Odéon - Simon Gosselin
Une mort dans la famille au théâtre de l'Odéon - Simon Gosselin
Une mort dans la famille au théâtre de l'Odéon - Simon Gosselin
Publicité
Résumé

Dramaturge britannique et jeune directeur adjoint du National Theatre à Londres, Alexander Zeldin s'est associé au Théâtre de l'Odéon pour créer la pièce "Une mort dans la famille" : une réflexion sensible sur le rapport de notre monde contemporain à la fin de vie.

En savoir plus

Le jeune dramaturge Alexander Zeldin a fait ses preuves aux côtés de Peter Brook et Marie-Hélène Estienne tout en enseignant dans une école d'art dramatique londonienne. Inspiré par le parcours de son père réfugié politique et par les travaux de son oncle historien, Alexander Zeldin s'est forgé une patte hyper-réaliste et sociale à l'image de sa trilogie des Inégalités. Dans Beyond Caring, Love et Faith, Hope and Charity, on découvre tour à tour des agents d'entretien en contrat intérim, des habitants naufragés de l'aide sociale britannique dans un foyer d'hébergement d'urgence et d'autres dans un foyer de distribution de soupe populaire : « Le vrai sujet de la pièce c’est d’accepter de voir que la mort et la vie sont main dans la main et comme toujours dans toutes mes pièces, le vrai sujet c’est l’amour. […] Refuser de regarder la mort, c’est refuser de voir certaines choses de la vie » précise le dramaturge.

Pour son nouveau spectacle Une mort dans la famille, Alexander Zeldin s'est penché sur son histoire personnelle. Inspiré par sa lecture de Une mort dans la famille de James Agee et Mon combat de Karl Ove Knausgaard, Alexander Zeldin s'est emparé d'une période marquante de son adolescence - la mort de son père, suivi par l'aménagement de sa grand-mère dans la maison familiale avant qu'elle ne soit placée dans une Ehpad et y meurt à son tour - pour aborder la fin de vie dans une fiction théâtrale. Alexander explique : « Le personnage que j’ai écrit, Alex, a 16 ans et il est aveuglé par quelque chose qu’il ne comprend pas – la mort. C'est un personnage à travers lequel on peut questionner le deuil, l’envie de vivre. La mort a été un compagnonnage ou une alliance pour moi et pour beaucoup qui vivent le deuil. Elle peut devenir un compagnon silencieux. C’est ça l’apprentissage qui est possible dans la pièce. »

Publicité

A son habitude, Alexander Zeldin s'est renseigné sur le terrain, en partant à la rencontre d'aides-soignantes ou auxiliaires de vie dans des EHPAD d'Île-de-France afin de décrire fidèlement la réalité, et a mêlé acteurs professionnels et amateurs pour jouer dans sa pièce.

Pour ce jeune dramaturge souvent comparé à Ken Loach, le théâtre a encore un rôle primordial à jouer aujourd'hui se faisant longue-vue de notre monde, de notre époque et de notre intimité tout en puisant dans des racines ancestrales. Comme il le détaille, « Je ne fais pas un théâtre qui dénonce, je ne suis pas journaliste, c'est un beau métier mais ce n'est pas le mien, je ne fais pas de documentaires. Mon travail c’est de chercher l’intime, ce qui résonne. J’écris des histoires, la morsure de la vie. […] mais j'accepte totalement la mention 'théâtre utile'. »

Dates de représentation : du 02 février au 20 février 2022 au théâtre de l'Odéon. 

33 min

Extraits sonores : 

  • Extraits de la pièce "Une mort dans la famille" écrite et mise en scène par Alexander Zeldin, au théâtre de l'Odéon
  • Annie Ernaux, "Transfuge de classe : à l'origine était...Annie Ernaux", La Grande Table idées, France Culture, 22.11.2021
  • Extraits de "Improvisation autour de Richard III" de Thomas Ostermeier et Lars Eidinger à la scène nationale de Sceaux Les Gémeaux, 01.2022