Yslaire
Yslaire
Yslaire - Laurence Elrich
Yslaire - Laurence Elrich
Yslaire - Laurence Elrich
Publicité
Résumé

L'auteur-dessinateur de bandes dessinées Yslaire nous propose un plongeon au cœur de l'œuvre de Charles Baudelaire dans son dernier album, "Mademoiselle Baudelaire" (Dupuis/Aire Libre, 2021), à travers la trop méconnue muse noire du poète, Jeanne Duval.

avec :

Yslaire (Auteur-illustrateur de bande dessinée et artiste numérique).

En savoir plus

Ce vendredi paraîtra l'album de Mademoiselle Baudelaire (Dupuis) dont les travaux préparatoires étaient déjà paru en trois tomes sous le titre Cahiers Baudelaire (Dupuis/Aire Libre). Yslaire y rend hommage à la muse métisse que Baudelaire célèbre tout au long des Fleurs du Mal

Les fleurs du mal est autobiographique, c’est pour cela que c’est indécent. Au début de la relation avec Jeanne, il la visite l’après-midi et lui lit des vers, c’est un jeu érotique. (Yslaire)

Publicité
Jeanne Duval vue par Yslaire
Jeanne Duval vue par Yslaire
- Yslaire - Dupuis

Comment peindre la muse du poète, avec qui il partagea une grande partie de sa vie, celle que Caroline Aupick a voulu effacer ? Faut-il suivre les conseils de Baudelaire lui même, qui écrivait, "un bon portrait m'apparaît toujours comme une biographie dramatisée", comme  un conseil à ses amis peintres ? Faut-il copier le trait du poète, qui dessine sa maîtresse à l'encre de Chine, et surtout, faut-il prendre au mot l'inscription latine qu'il fait figurer sous le portrait "quaerens quem devoret" une citation de la Première épître de Pierre : "le diable, comme un lion rugissant, cherchant qui dévorer"

Caroline Aupick, sa mère, construit la légende du poète maudit: elle jette au feu les lettres de Jeanne Duval. La “Vénus noire”, qui est un terme utilisé par la mère de Baudelaire, devient donc une figure sulfureuse: on ne connaît pas sa date de naissance, ni de mort. Elle n’existe qu’à travers le racisme et la misogynie des contemporains. (Yslaire)

Jeanne est l'invisible d'une époque, on n'a pas seulement effacé son nom, mais aussi son visage. (Yslaire)

Jeanne Duval avec la mention "quaerens quem devoret ", dessin à la plume à l’encre de Chine, 1865, Musée du Louvre, Département des Arts graphiques.
Jeanne Duval avec la mention "quaerens quem devoret ", dessin à la plume à l’encre de Chine, 1865, Musée du Louvre, Département des Arts graphiques.
- Charles Baudelaire

Figure polymorphe et souvent fantasmée, Jeanne devient pour Baudelaire, comme pour Yslaire, l'occasion de développer une esthétique de l'oxymore, poussant le romantisme noir que l'auteur-dessinateur avait déjà utilisé dans sa célèbre saga Sambre dont le volume 9 très attendu (intitulé Nos yeux, nos cheveux, nos fiertés... ) paraîtra aux éditions Glénat en février 2022. 

Tout est sourcé dans l'album: c’est une formidable contrainte. C’est lire entre les lignes sans ajouter aucune phrase. (Yslaire)

Dessiner, c'est rentrer dans la chair, comme le comédien. Et c'est tout la différence qu'il y a entre un substitut et le réel. Le dessin est en cela extrêmement riche. Il y a une vérité dans le dessin qu'on est obligé de toucher. (Yslaire)

À réécouter : Pierre Charbonnier, plaidoyer pour un idéal écologiste

Extraits sonores

  • Fragments du recueil de « Mon cœur mis à nu » lus par Zabou Breitman (France Inter, 2014)
  • “L’homme idéal” single de Bertrand Burgalat (Tricatel, 2021)
  • Jean-Claude Carrière: Leçon de dessin dans Le réveil culturel de Tewfik Hakem (France Culture, 27/12/2013)
Références

L'équipe

Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Production
Caty Reneaux
Collaboration
Thomas Beau
Réalisation
Henri Le Blanc
Collaboration
Laura Dutech-Perez
Collaboration
Oriane Delacroix
Collaboration
Valentine Alloing
Collaboration
Jean Bulot
Collaboration