Richard Mosse, Still Frame from "Incoming", 2015-2016
Richard Mosse, Still Frame from "Incoming", 2015-2016
Richard Mosse, Still Frame from "Incoming", 2015-2016 -  Richard Mosse
Richard Mosse, Still Frame from "Incoming", 2015-2016 - Richard Mosse
Richard Mosse, Still Frame from "Incoming", 2015-2016 - Richard Mosse
Publicité
Résumé

A l'aide d'une caméra thermique, de celles inventées par l'armée pour la surveillance sur des zones de guerre, le photographie irlandais Richard Mosse capte la situation des camps de migrants en Europe. La vision d'un monde déréglé est aussi chantée par Tété, qui se fait illusionniste et faussaire.

avec :

Tété (Chanteur), Richard Mosse (Photographe), Patrick Gyger (Directeur du Lieu Unique).

En savoir plus

PREMIÈRE PARTIE | Richard Mosse, la caméra comme arme

avec Richard Mosse, photographe, et Patrick Gyger, directeur du Lieu Unique, commissaire de l'exposition

Richard Mosse documente depuis des années les grandes questions géopolitiques et politiques de notre temps. J'avais vu son projet 'The Enclave' en République démocratique du Congo, où il documente la guerre et les exactions qui y sont menées. Il y utilisait une caméra destinée à filmer la nuit ; or filmant le jour, les couleurs s'inversent et par exemple les forêts congolaises prennent une couleur rose." (Patrick Gyger)

Publicité

L’artiste irlandais - Richard Mosse - expose tout l’été Incoming : une série de photos et de vidéos immersives, retraçant la vie des migrants, dans différents camps du monde. Pour rendre compte de leurs conditions de vie et alerter les consciences, le photographe s’est muni d’une arme militaire, une caméra thermique capable de filmer à plusieurs kilomètres de distance. Il en émane des images uniques - à la fois intimes et lointaines - et une esthétique qui frappe le regard. Comme une balle en plein cœur...

"Cette technologie de caméra très puissante et à mon avis très inquiétante, je la vois comme une allégorie du complexe militaro-humanitaire qui caractérise la seule réponse de l'Union européenne à l'afflux des migrants, la 'crise des réfugiés' comme on l'a appelée. C'est la seule solution que nous ayons trouvée apparemment pour accueillir les demandeurs d'asile, les réfugiés qui débarquent sur nos côtes." (Richard Mosse)

Traduction de l'anglais par Eve Dayre

Richard Mosse. Incoming, du 28 juin au 1er septembre 2019 au Lieu Unique (Nantes)

À écouter aussi : Migrants : l'Europe face à ses valeurs

____________________

DEUXIÈME PARTIE | Tété

Tété, le 2 juillet 2017, lors de la 28e édition du festival Rencontres et Racines à Audincourt
Tété, le 2 juillet 2017, lors de la 28e édition du festival Rencontres et Racines à Audincourt
© Maxppp - Lionel VADAM/PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN

avec Tété, auteur-compositeur-interprète

King Simili le faussaire, Jean solaire-le sédentaire, Igor-l’eau-qui-dort... Tété parcourt les salles trimbalant avec lui un théâtre de personnages fauthentiques. Avatars de notre époque, les voilà pris dans un jeu d’illusions, que leur créateur propose d’observer depuis Vénus…

"J'ai essayé de ramener vers les mots vers l'ère du temps. Notre finitude à nous, c'est la liberté qu'on se donne de pouvoir se rêver autrement, de pouvoir façonner nous-mêmes nos ailleurs, nos propres plafonds." (Tété)

Fauthentique (2019) + en concert les 28 juillet à L'Horizon fait le mur (La Laigne), 31 juillet et 1er août au Festival du Bout du Monde (Camaret/Landévennec), 10 août au festival Champs Libres (Saint-Molf)

À écouter aussi : Ere de post vérité et vérification des faits

____________________

Sons diffusés :

  • Jun Miyake, "Lillies of the valley", extrait de l'album Pina, 380 Grad, 2011 (générique)
  • The Blaze, "Queens", extrait de l'album Dancehall, 2018
  • Tété, "King Simili", extrait de l'album Fauthentique, 2019
  • Tété, "Tout doit disparaître", extrait de l’album Fauthentique, 2019
  • Keziah Jones, chanteur, compositeur et musicien, dans Ondes de choc, le 21 avril 2003 sur France Inter 

À suivre : La mode vue de dos