Victor Hugo sur le balcon de Hauteville House, Guernesey. Photographie d'André, Roger-Viollet 1878
Victor Hugo sur le balcon de Hauteville House, Guernesey. Photographie d'André, Roger-Viollet 1878
Victor Hugo sur le balcon de Hauteville House, Guernesey. Photographie d'André, Roger-Viollet 1878 - © Maison de Victor Hugo André /
Victor Hugo sur le balcon de Hauteville House, Guernesey. Photographie d'André, Roger-Viollet 1878 - © Maison de Victor Hugo André /
Victor Hugo sur le balcon de Hauteville House, Guernesey. Photographie d'André, Roger-Viollet 1878 - © Maison de Victor Hugo André /
Publicité
Résumé

Parler du Victor Hugo en exil, c'est tourner une nouvelle page de l'épopée du géant littéraire. Sur l'île de Guernesey, l'écrivain compose des chefs-d’œuvre autant qu'il fabrique l'image de l'artiste en exil. Et en 2e partie le chorégraphe Akram Khan fait tournoyer des corps climatiquement déréglés.

avec :

Gérard Audinet (Directeur des Maisons de Victor Hugo, Paris / Guernesey), Akram Khan (Danseur et chorégraphe), Jean-Marc Hovasse (Professeur de littérature française à Sorbonne Université et directeur de recherches au CNRS), Florence Naugrette (Professeur de littérature française à l'Université Paris-Sorbonne).

En savoir plus

PREMIÈRE PARTIE | Victor Hugo sur son rocher

avec Gérard Audinet, directeur des Maisons de Victor Hugo, Jean-Marc Hovasse, chercheur au CNRS, et Florence Naugrette, professeure d'histoire et théorie du théâtre à l'université Paris-Sorbonne

"Quand Victor Hugo est en exil, il est vraiment une figure d'outre-Manche. Il y a eu deux périodes pendant son exil : d'abord celle où il subissait cet exil, puis celle, après la loi d'amnistie de 1859, où il a choisi de rester en exil alors qu'il aurait pu rentrer. Le Hugo que nous connaissons aujourd'hui a une stature qui s'et constituée en exil. Les grands œuvres comme Châtiments ou Les Misérables ont été écrites en exil et à cause de l'exil." (Florence Naugrette)

Publicité

Il nous faudra prendre le ferry, pour rejoindre l’île de Guernesey. Là se trouve Hauteville House, la maison dans laquelle Victor Hugo le proscrit a passé vingt années en exil. Vingt ans à combattre de sa plume "Napoléon le petit", à écrire poésies et romans et à faire de sa maison une oeuvre en soi. Après avoir été restaurée, celle-ci a rouvert ses portes, laissant entrevoir un Hugo architecte-sculpteur-décorateur, une dimension moins connue du grand homme.

Aujourd'hui, à Hauteville House il paraît qu'il n'y a plus qu'une dame en bleu qui apparaît que dans le salon de tapisseries les jours de pluie aux visiteurs anglais ! Il y a en tout cas énormément de notations dans les carnets dans les carnets de Victor Hugo : il note tous les bruits, les frappements, les sentiments de présence, de souffles, de voix dans la nuit." (Gérard Audinet)

Hauteville House (Guernesey) est ouverte du 7 avril au 30 septembre 2019

À écouter aussi : Sur les traces de Victor Hugo l'exilé (1851 à 1870)

____________________

DEUXIÈME PARTIE | Akram Khan

Akram Khan dans "XENOS" au Festival internaitonal d'Edimbourg, en août 2018
Akram Khan dans "XENOS" au Festival internaitonal d'Edimbourg, en août 2018
© Getty - Roberto Ricciuti / Contributeur

avec Akram Khan, danseur et chorégraphe

Ils sont six à se battre et se débattre sur scène. Quatre hommes et deux femmes dans un décor de ruines. Autour d’eux des pierres grises, rectangulaires, parfaitement aiguisées - tablettes héritées des temps anciens. Ils se battent et dansent sur les vestiges d’un monde à reconstruire. Outwitting the devil est le nouveau spectacle du chorégraphe britannique Akram Khan**,** qui a fait trembler la cour d’honneur du Palais des Papes d’Avignon…

Je suis en train de vieillir, et en vieillissant je sens le temps sur mon corps, contre mon corps, en tant que danseur. La danse c'est ma vie. Et cela pose problème. Il y a une transformation dans ma relation avec mon corps, avec la danse, à cause d'une seule constante, qui est le temps. 

Traduction de l'anglais par Marguerite Capelle

Outwitting the devil, du 11 au 20 septembre au Théâtre de la Ville (Paris), du 29 au 30 novembre au Grand Théâtre d'Aix-en-Provence, les 7 et 8 janvier 2020 à la Comédie de Clermont-Ferrand ; XENOS, du 12 au 22 décembre au Théâtre de la Ville (Paris), les 3 et 4 juin 2020 à la Comédie de Clermont-Ferrand

À écouter aussi : Gilgamesh, porte d'entrée royale de la littérature épique ?

____________________

Sons diffusés :

  • Jun Miyake, "Lillies of the valley", extrait de l'album Pina, 380 Grad, 2011 (générique)
  • Extrait d'Ernani, de Giuseppe Verdi (1844), "Come rugiada al cespite" (acte I), air d'Ernani et choeur, par Luciano Pavarotti, avec l'Orchestre national du Pays de Galles
  • Extrait d'un discours de Victor Hugo contre l'usure des côtes
  • Colette Fellous lit un passage des Travailleurs de la mer, le 6 mai 2005 sur France Culture
  • Odile Blanchette, directrice de Hauteville House, le 6 mai 2005 sur France Culture
  • Melody Gardot, “Our Love Is Easy” extrait de l’album My One and Only Thrill, 2009
  • Andrew George, traducteur de l’épopée de Gilgamesh et professeur en études babyloniennes à la School of Oriental and African Studies de Londres, dans In Our Time, le 3 novembre 2016 sur BBC Radio 4

À suivre : Shunk-Kender, dans l'intimité des artistes