Couverture de la bande-dessinée "Tant pis pour l'amour, ou comment j'ai survécu à un manipulateur", de Sophie Lambda
Couverture de la bande-dessinée "Tant pis pour l'amour, ou comment j'ai survécu à un manipulateur", de Sophie Lambda
Couverture de la bande-dessinée "Tant pis pour l'amour, ou comment j'ai survécu à un manipulateur", de Sophie Lambda
Couverture de la bande-dessinée "Tant pis pour l'amour, ou comment j'ai survécu à un manipulateur", de Sophie Lambda
Couverture de la bande-dessinée "Tant pis pour l'amour, ou comment j'ai survécu à un manipulateur", de Sophie Lambda
Publicité
Résumé

Suite au grenelle des violences conjugales, la notion d'emprise est entrée dans la loi, témoignant d'une volonté des pouvoirs publics de lutter contre ce phénomène qui échappait jusque-là à la justice. Nos invitées abordent leurs expériences respectives et leurs luttes contre l'emprise.

avec :

Sophie Lambda (Auteure, illustratrice), Isabelle Rome (Magistrate, auteure, Haute fonctionnaire à l’égalité femmes-hommes au Ministère de la Justice).

En savoir plus

Isabelle Rome, haute-fonctionnaire à l'égalité femme-homme décrypte dans son livre Liberté, Egalité, Survie les mécanismes de l'emprise dans le cadre des violences conjugales. 

Pendant longtemps, on ne comprenait pas très bien le comportement de certaines femmes qui étaient victimes de violences et qui paraissaient ne pas pouvoir s'échapper ou retournaient auprès de leurs bourreaux. Les psychologues nous ont expliqué que c'est un état dans lequel les conjoints place sa femme, avec un ascendant sur elle, un état de domination et de manipulation. La femme sous emprise est à la fois dans une situation de soumission et dans une très grande dépendance affective.
Isabelle Rome

Publicité

Sophie Lambda, dans sa bande-dessinée_Tant pis pour l'amour_, ou comment j'ai survécu à un manipulateur raconte son expérience personnelle sous emprise avec un conjoint manipulateur. Une histoire au départ idyllique, qui tourne au cauchemar. 

On ne tombe pas amoureuse de quelqu'un de violent ou d'enfermant en fait. Ce qui rend difficile, c'est que quand ça se passe en face à face et qu'il n'y a pas de traces, c'est la parole de l'un contre la parole de l'autre.  Il y a des choses qui peuvent rendre folle : on sait qu'on a vécu ces situations mais on a en face de nous quelqu'un qui est convaincu que c'est de notre faute. On en revient à se remettre en question et c'est à ce moment là que l'emprise arrive. Sophie Lambda