Des posters montrant les gestes barrière aux Restos Du Coeur (Asnières-sur-Seine, 24.11.2020)
Des posters montrant les gestes barrière aux Restos Du Coeur (Asnières-sur-Seine, 24.11.2020)
Des posters montrant les gestes barrière aux Restos Du Coeur (Asnières-sur-Seine, 24.11.2020) ©AFP - STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Des posters montrant les gestes barrière aux Restos Du Coeur (Asnières-sur-Seine, 24.11.2020) ©AFP - STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Des posters montrant les gestes barrière aux Restos Du Coeur (Asnières-sur-Seine, 24.11.2020) ©AFP - STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Publicité
Résumé

Barbara Stiegler revient sur la gestion de la crise sanitaire et sur le pas que la santé publique a pris sur les libertés. Professeure de philosophie politique à l’Université Bordeaux Montaigne, elle est co-auteure avec François Alla du tract "Santé publique année zéro" (Gallimard).

avec :

Barbara Stiegler (Professeure de philosophie à l’Université Bordeaux Montaigne, membre honoraire de l’Institut universitaire de France et autrice du récent ouvrage "Nietzsche et la vie").

En savoir plus

Barbara Stiegler est professeure de philosophie politique à l’Université Bordeaux Montaigne. Vice-présidente du Comité d’éthique du CHU de Bordeaux et membre du Conseil de surveillance de l’Agence régionale de santé (ARS) de Nouvelle-Aquitaine, elle est l’auteure de Il faut s’adapter. Sur un nouvel impératif politique (Gallimard, 2019) et de Nietzsche et la vie. Une nouvelle histoire de la philosophie (Gallimard, 2021). En collaboration avec François Alla et un collectif de chercheurs et de soignants, elle a publié un premier Tract sur la crise sanitaire : De la démocratie en Pandémie. Santé, recherche, éducation (2021).

Toujours avec François Alla, elle publie le tract Santé publique année zéro (Gallimard, 24-03-2022), qui revient sur la crise épidémique du premier confinement de mars 2020 à aujourd'hui. L'occasion de corriger les malentendus et les accusations qui ont suivi la publication de De la démocratie en Pandémie. Santé, recherche, éducation et selon lesquels elle aurait défendu la démocratie au prix de la santé.

Publicité

Durant la pandémie s’est progressivement installée dans les esprits l’idée que si notre démocratie avait été suspendue, c’était pour notre santé et pour la santé publique. Par un retour historique sur les cinquante dernières années, les auteurs montrent qu’il n’en est rien. La charte d’Ottawa signée en 1986 et les combats des années Sida valorisaient une conception de la santé publique émancipatoire, où le partage des connaissances entre patients et soignants était de mise. Aujourd’hui, c’est une conception libérale transformant le patient en acteur et le responsabilisant - le culpabilisant aussi - qui triomphe. Ainsi, nous dit Barbara Stiegler, la loi dite "Kouchner" de 2002 qui prévoit un consentement libre et éclairé du patient a été " tout simplement suspendue" lors de la crise du Covid 19.

Barbara Stiegler dénonce en outre les effets de "manipulation politique". Selon elle, la stratégie du "stop and go" allant dans le sens d'un opportunisme politique "créé de la défiance, du mépris, fracture la société".

Par ailleurs, comme elle le faisait dans De la démocratie en Pandémie. Santé, recherche, éducation, Barbara Stiegler rappelle l’importance des déterminants sociaux de la santé : emploi, revenus... Car les probabilités d’être contaminé ou de tomber gravement malade dépendent pour beaucoup du mode de vie et de l’état de santé préexistants.

27 min

Extraits sonores :

  • Gérard Raymond, France Inter, 21.10.2020
Références

L'équipe

Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Production
Thomas Beau
Réalisation
Henri Le Blanc
Collaboration
Laura Dutech-Perez
Collaboration
Oriane Delacroix
Collaboration
Lucas Bretonnier
Collaboration