Pape François accueilli par la foule sur la place Saint-Pierre après une messe de canonisation de dix nouveaux saints, 15 mai 2022, Vatican ©AFP - Vincenzo PINTO / AFP
Pape François accueilli par la foule sur la place Saint-Pierre après une messe de canonisation de dix nouveaux saints, 15 mai 2022, Vatican ©AFP - Vincenzo PINTO / AFP
Pape François accueilli par la foule sur la place Saint-Pierre après une messe de canonisation de dix nouveaux saints, 15 mai 2022, Vatican ©AFP - Vincenzo PINTO / AFP
Publicité
Résumé

Comment le catholicisme peut-il survivre à l’éclatement des pratiques de la foi et se réinventer ? Rendez-vous avec la sociologue des religions Danièle Hervieu-Léger, auteure avec avec Jean-Louis Schlegel de l'ouvrage "Vers l'implosion ?".

avec :

Danièle Hervieu-Léger (sociologue, spécialiste des questions religieuses).

En savoir plus

Figure majeure en France de la sociologie des religions, directrice d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) - elle y a dirigé le Centre d'études interdisciplinaires des faits religieux (UMR EHESS/CNRS) de 1993 à 2004 -, Danièle Hervieu-Léger a étudié l’évolution du catholicisme sur plusieurs décennies.

En est résulté l'ouvrage Vers l'implosion ? Entretiens sur le présent et l’avenir du catholicisme (Seuil), où elle dialogue avec un autre sociologue des religions, Jean-Louis Schlegel. Ensemble, ils reviennent sur la progressive désagrégation de l’institution ecclésiale. Le processus s’est confirmé avec les révélations des abus sexuels ou les confinements, perturbant fortement le caractère collectif, unifié et essentiel de la religion catholique. "Le problème principal, c’est le lien qui existe entre l'organisation du pouvoir dans l'institution romaine et l'affaire des abus, nous explique-t-elle. Avec les abus, on réalise l'ampleur des crimes sexuels mais aussi la puissance d’un dispositif sur les personnes, exercé par les clercs qui commettent tant un abus spirituel qu'un abus sexuel".

Publicité

Un basculement du monde se serait opéré dans les années 60 et 70, auquel n'échappe pas l'institution ecclésiale. Pour Danièle Hervieu-Léger, "après la Révolution française, la date la plus importante de l'histoire de France, c’est la loi qui libéralise la contraception [la loi Neuwirth de 1967] : le fait que les femmes puissent échapper aux lois de la nature, qui servaient un certain type d’organisation consacrée par l'Eglise, vole en éclat".

Toutefois, les auteurs ne concluent pas à une disparation de la foi ou de la pratique mais constatent plutôt le renforcement d’un catholicisme éclaté, où l’individualité prend de plus en plus d’importance. Il existe ainsi "des formes nouvelles avec un phénomène souterrain, plus invisible mais très important : la découverte que des formes domestiques se sont développées, comme se rassembler entre frères et partager des paroles, … tout ceci a révélé qu’il y avait des possibilités d’innovations inattendues".

27 min
Références

L'équipe

Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Production
Thomas Beau
Réalisation
Henri Le Blanc
Collaboration
Laura Dutech-Perez
Collaboration
Oriane Delacroix
Collaboration
Lucas Bretonnier
Collaboration