Silhouette de cerf ©Getty - Ruben Earth
Silhouette de cerf ©Getty - Ruben Earth
Silhouette de cerf ©Getty - Ruben Earth
Publicité
Résumé

Comment les animaux sont-ils devenus une ressource naturelle ? On en parle avec Charles Stépanoff, anthropologue et auteur de "L'animal et la mort" (La Découverte, 2021), et Elsa Maury, plasticienne, réalisatrice du documentaire "Nous la mangerons, c’est la moindre des choses" (2020).

avec :

Elsa Maury (plasticienne), Charles Stépanoff (anthropologue, directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales).

En savoir plus

Charles Stépanoff est anthropologue, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales et membre du Laboratoire d’anthropologie sociale du Collège de France. Il a notamment publié Voyager dans l’invisible. Techniques chamaniques de l’imagination (Les Empêcheurs de penser en rond/La Découverte, 2019). Il revient aujourd'hui avec L'animal et la mort (La Découverte, 2021).

Connu pour ses travaux sur le chamanisme sibérien, Charles Stépanoff s'immerge cette fois dans le Perche et ses environs, dans le milieu des chasseurs “paysans”. Une forme de chasse où l’on vit de ce que l'on attrape et qui est souvent considérée comme archaïque dans notre monde moderne. De l'autre côté, il a aussi interrogé les militants opposés à la chasse et au fait de tuer les animaux. L'occasion de montrer un paradoxe de notre époque : dans notre société toujours plus violente, on refuse de voir la violence en face. 

Publicité

On a ceci de particulier qu'on est capable de se projeter dans les univers particuliers de nos propres proies. (Charles Stépanoff)

J’ai eu la surprise de voir qu’il était assez courant que la chasse en France ne soit pas destinée au loisir mais à la nourriture. (…) C’est l’éthique de manger ce que l’on tue et tuer ce que l’on mange. (Charles Stépanoff)

Ce que montre aussi la plasticienne et chercheuse en arts plastiques Elsa Maury. Dans le cadre de sa thèse, elle a réalisé le film Nous la mangerons, c’est la moindre des choses (2020). En filmant l'éleveuse Nathalie, elle nous confronte à la vision de la mort et à la question de bien tuer les bêtes que l'on mange.

Les morts peuvent être le support et le soutien de pratiques de vie. (Elsa Maury)

Elle participe enfin au premier numéro de la nouvelle revue En Mutations : Peut-on être un carnivore éthique ?, éditée par L'Obs et Rue de l'échiquier.

À noter : L'animal et la mort de Charles Stépanoff est en lice pour le Prix de l’essai Et maintenant ?, du nom du festival international des idées de demain imaginé par France Culture et Arte, qui aura lieu le 29 novembre à la Maison de la Radio et de la Musique, en ligne et dans plusieurs lieux partenaires. Il est précédé depuis le 12 octobre d’un grand questionnaire adressé à la jeunesse.

27 min

Extraits sonores : 

  • Extraits du documentaire Nous la mangerons. C'est la moindre des choses (Elsa Maury, 2020)
Références

L'équipe

Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Production
Thomas Beau
Réalisation
Henri Le Blanc
Collaboration
Laura Dutech-Perez
Collaboration
Oriane Delacroix
Collaboration
Lucas Bretonnier
Collaboration