Jeunes filles avec leur professeur, ca. 1910
Jeunes filles avec leur professeur, ca. 1910
Jeunes filles avec leur professeur, ca. 1910 ©Getty - Imagno / Contributeur
Jeunes filles avec leur professeur, ca. 1910 ©Getty - Imagno / Contributeur
Jeunes filles avec leur professeur, ca. 1910 ©Getty - Imagno / Contributeur
Publicité
Résumé

Avec Claire Marin, professeure de philosophie en classes préparatoires aux grandes écoles et membre associé de l’ENS-Ulm pour la sortie de son livre "Être à sa place" aux éditions de L'Observatoire.

avec :

Claire Marin (philosophe, professeure de philosophie en classe préparatoire et écrivaine).

En savoir plus

Claire Marin est professeure de philosophie en classes préparatoires aux grandes écoles et membre associé de l’ENS-Ulm. Elle est notamment connue pour son ouvrage Rupture(s) (L’Observatoire, 2019), qui revenait sur l’effet des ruptures sur notre existence et notre identité. Avec Etre à sa place (coll “La relève”, éditions de L’Observatoire), elle s’intéresse à l'injonction à trouver sa place, à être à sa place.

Car ne pas avoir sa place peut être vécu comme une souffrance dans une société qui tend à catégoriser. Mais aussi comme une richesse. Si l’on se réconforte dans la familiarité des lieux connus, que ce soit la famille, les amis, une discipline dans laquelle on est à l’aise, la richesse est aussi dans le fait de se confronter à la nouveauté. Sommes-nous finalement les mieux placés pour savoir quelle est notre place?

Publicité

Contre l’idéal d’une chambre à soi, et l'illusion selon laquelle "il y aurait un lieu géographique, spatial, identifiable qui me permettrait mieux que les autres d'être moi-même", Claire Marin met en doute le pouvoir magique des seuls lieux. Parfois, c’est en nous-même qu’il faut chercher notre place. Elle évoque ainsi le "vrai lieu" d'Annie Ernaux, l'auteure de La Place, qui elle se trouve et se retrouve dans l'écriture.

Et à ceux qu’on intime de rester à leur place, elle propose d'écrire dans les marges, de s'y placer, pour trouver leur voix. Chez ceux qui osent l'"effraction", il y a ainsi quelque chose "de l'ordre de l'insolence", on les envie et ils nous fascinent. Et avec Chantal Jacquet, Claire Marin montre la "plasticité" des êtres, leur capacité à vivre plusieurs vies. C'est le transfuge de classe dont le cheminement est riche de rencontres, d'obstacles et de réussites.

Un essai tout à la fois intime, philosophique, littéraire, qui convoque Annie Ernaux, Gilles Deleuze, Frantz Fanon, et bien d’autres.

27 min

Extraits sonores

  • *   George Perec, "Mi fugue, mi raisin", 1981
Références

L'équipe

Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Production
Thomas Beau
Réalisation
Henri Le Blanc
Collaboration
Laura Dutech-Perez
Collaboration
Oriane Delacroix
Collaboration
Lucas Bretonnier
Collaboration
Vivian Lecuivre
Réalisation