Un homme qui dort sur son sofa
Un homme qui dort sur son sofa
Un homme qui dort sur son sofa ©Getty -  Britt Erlanson
Un homme qui dort sur son sofa ©Getty - Britt Erlanson
Un homme qui dort sur son sofa ©Getty - Britt Erlanson
Publicité
Résumé

Guy Sorman, essayiste et écrivain, publie "Mon dictionnaire du bullshit" (Grasset, février 2021). Une déconstruction des idées reçues en hommage à Flaubert qui prend notamment à contre-pied le confinement, le Covid-19 ou encore Didier Raoult.

avec :

Guy Sorman (Enseignant, écrivain, directeur d'un groupe de presse).

En savoir plus

Dans Mon dictionnaire du Bullshit, Guy Sorman développe sa propre pensée, loin de vouloir imposer une vérité, contrairement aux idées reçues, il propose une invitation à la contradiction. Les différentes entrées de ce dictionnaire vont ainsi de "Sainte Greta" à "Reagan Ronald" en passant par "fin de l'histoire" ou "Post-libéralisme", toutes liées au parcours personnel de l'auteur mais traitées d'un point de vue théorique aussi bien que personnel.

Mon dictionnaire du Bullshit est un livre à l'image de son auteur : impertinent. Guy Sorman a pour habitude de renouveler sa pensée sans tomber dans la polémique. A travers son parcours à L'Express ou encore aux côtés des hommes politiques comme Jacques Chirac ou Alain Juppé, Guy Sorman est passé d'un discours libéral à un post-libéralisme défendant le Revenu Minimum Universel. Une façon de défendre la véritable pensée, à l'inverse des idées reçues qui mènent à une pensée unique

Publicité

Le bullshiteur n’est pas un menteur, il se fiche de la vérité contrairement au menteur qui connaît la vérité. C’est lié au respect excessif de toute forme d’individualité. (Guy Sorman) 

Le vrai et le pas vrai sont devenus des équivalents par respect de l’autre. Il a été favorisé par les réseaux sociaux puisque quand tout est média, ma vérité ou absence de vérité vaut la vérité et surtout je l’exprime et la répercute à l’infini. (Guy Sorman)

Face aux considérations collapsologiques d'effondrement du monde, de changement radical ou de monde d'après, Guy Sorman émet des doutes. Pour lui, le monde est constamment en crise et en mutation et la façon dont nous considérons le passé avec nostalgie est toujours le reflet de la décrépitude de notre propre enveloppe humaine.

Nous sommes toujours en crise et en transition. Il y a un métier que je ne sais pas faire mais que d’autres font très bien, c’est le prophétisme. (Guy Sorman)

La collapsologie est la confusion entre l’âge de vos artères et l’ordre du monde. Le monde s’effondre parce que moi je m’effondre. (Guy Sorman)

Guy Sorman a souvent défendu le libéralisme à l'époque de Thatcher et Reagan. Depuis, il a procédé à une auto-critique nécessaire dans le monde des idées et se place aujourd'hui dans le post-libéralisme. Il défend depuis longtemps le Revenu Minimum Universel, qu'il considère comme étant toujours une idée neuve puisque malgré les tentatives elle n'a pas encore été vraiment appliquée. Le RMU permettrait pour lui d'apporter une solution au problème croissant des inégalités à la naissance. 

J’ai pris les devants en disant que j’étais qualifié d’ultra-libéral, mais je ne vois pas comme un libéral pourrait être ultra, parce que c’est une pensée modeste. Le libéral ne comprend que la moitié du monde. (Guy Sorman)

Le RMU, qui date des années 40-50 est une idée neuve qui n’appartient à personne. C‘est un projet philosophique. C’est un nouvel état social qui ne dit pas qu’on donne l’allocation pour telle chose mais c’est la garantie d’un revenu minimum que vous êtes libre d’utiliser comme vous le souhaitez. (Guy Sorman) 

À réécouter : Le nouveau monde de Feu! Chatterton

Extraits sonores : 

  • François Hollande sur Twitch le samedi 8 mars au micro de Samuel Etienne
  • Interview d'Harry Frankfurt donnée à la Princeton University Press en octobre 2014.
Références

L'équipe

Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Production
Caty Reneaux
Collaboration
Thomas Beau
Réalisation
Henri Le Blanc
Collaboration
Laura Dutech-Perez
Collaboration
Valentine Alloing
Collaboration
Jean Bulot
Collaboration