Des soldats français arrêtent des civils algériens pendant l'Opération Bigeard en mars 1956 après qu'une insurrection à Constantine tue 9 soldats français.
Des soldats français arrêtent des civils algériens pendant l'Opération Bigeard en mars 1956 après qu'une insurrection à Constantine tue 9 soldats français. ©Getty - REPORTERS ASSOCIES
Des soldats français arrêtent des civils algériens pendant l'Opération Bigeard en mars 1956 après qu'une insurrection à Constantine tue 9 soldats français. ©Getty - REPORTERS ASSOCIES
Des soldats français arrêtent des civils algériens pendant l'Opération Bigeard en mars 1956 après qu'une insurrection à Constantine tue 9 soldats français. ©Getty - REPORTERS ASSOCIES
Publicité

La professeure d'histoire contemporaine Raphaëlle Branche est notre invitée pour la série documentaire "En guerre(s) pour l'Algérie" réalisée par Rafael Lewandowski, diffusée les 1er et 2 mars 2022 sur Arte. Des témoignages intimes aussi variés qu'inédits sur un conflit aux mille visages.

Avec
  • Raphaëlle Branche Professeure d’histoire contemporaine à l’université de Paris-Nanterre

C'est par le biais des témoignages que Rafael Lewandowski et Raphaëlle Branche ont choisi de revenir sur la guerre d'Algérie. Soixante ans après la signature des accords d'Evian en mars 1962, la série ARTE En Guerre(s) pour l'Algérie revient en six épisodes sur la guerre d'Algérie du point de vue de ceux qui l'ont vécue.

La professeure d’histoire contemporaine à l’Université de Paris Nanterre Raphaëlle Branche est notre invitée ce midi pour revenir sur cette série documentaire qui se penche sur des témoignages intimes pour raconter ce conflit à hauteur individuelle : "Le projet du film, c'était de raconter la guerre du point de vue des gens ordinaires, donc il fallait des archives de même nature. Notre grande joie a été de découvrir que des films super 8 et amateurs tournés par des soldats français en Algérie (car les Algériens avaient peu accès au matériel) avaient été déposés dans les fonds d'archives depuis quelques années" précise Raphaëlle Branche.

Publicité

Combattants de l'OAS, fonctionnaires de l'administration française, harkis, militants de la branche armée du FLN, l'ALN, prennent la parole, parfois pour la première fois, avant qu'il ne soit trop tard et que cette mémoire disparaisse. Raphaëlle Branche explique qu'"il y avait une urgence absolue à ce qu'on puisse recueillir ces témoignages. [...] On a voulu recueillir longuement la parole de témoins très âgés. Certains sont morts depuis."

En confrontant les points de vue individuels ainsi que les archives de nature différentes sur la guerre d'Algérie, cette série documentaire constitue un objet de mémoire précieux et équilibré pour rendre compte des nuances de cette guerre aux nombreux conflits enchâssés les uns dans les autres. Comme le dit Raphaëlle Branche, "un projet comme le notre vise à contrebalancer ces visions" en prenant le soin, surtout, de mettre en avant la population, qui occupait une place clé : "On a bien un éventail des attitudes et on comprend bien l'enjeu d'engagement de la population. La population civile est au cœur de cette guerre pour les acteurs principaux du FLN et de l'armée française. On essaye de montrer cela et de lui donner la parole" dit Raphaëlle Branche.

Notre deuxième invitée est Perrine Kervran, productrice de l'émission LSD, la série documentaire où paraîtra une série radio réalisée par Rafael Lewandowski et Rafik Zéine du 28 février au 3 mars 2022 à 17h sur France Culture :  « La guerre d’indépendance racontée par les Algériens », disponible en podcast sur le site de France Culture et l’appli Radio France : "Il y a ce parti pris de faire entendre des choses quotidiennes et méconnues de l'Algérie coloniale" avance Perrine Kervran.

32 min

La série Arte En Guerre(s) pour l'Algérie sera diffusée le mardi 1er et le mercredi 2 mars 2022 sur ARTE et sera  accessible du 22 février au 27 août 2022 sur arte.tv.

29 min

Extraits sonores

  • Extraits de "En guerre(s) pour l'Algérie" (épisode 2, épisode 3, épisode 4)