Photographie issue du documentaire "Tranchées" de Loup Bureau
Photographie issue du documentaire "Tranchées" de Loup Bureau
Photographie issue du documentaire "Tranchées" de Loup Bureau - Loup Bureau
Photographie issue du documentaire "Tranchées" de Loup Bureau - Loup Bureau
Photographie issue du documentaire "Tranchées" de Loup Bureau - Loup Bureau
Publicité
Résumé

Plongée dans la vie quotidienne des hommes et des femmes soldats dans les tranchées du Donbass en 2020, avec le réalisateur et journaliste Loup Bureau, réalisateur du documentaire "Tranchées" (en salle le 11 mai).

En savoir plus

Loup Bureau est un réalisateur et journaliste français. Il a passé plusieurs années en tant que reporter de guerre à l'étranger. Il a couvert le Printemps Arabe en Egypte, la guerre en Syrie, puis le conflit entre la Russie et l'Ukraine dans la région du Donbass. "L'Ukraine, au fil des années, est un pays qui m'est devenu cher. (…)Ce film est le résultat de toutes ces années passées dans le pays où je n'arrivais plus à raconter ce qu'il s'y passait parce que la guerre continuait, mais les médias s'en désintéressaient. Tranchées est le résultat de cette volonté personnelle de continuer à raconter cette guerre qui faisait rage et qui n'a jamais cessé" explique Loup Bureau. En juillet 2017, il est condamné à une peine de plusieurs années de prison alors qu’il est en reportage à Sirnak, au sud-est de la Turquie.

Marqué par cette expérience, Loup Bureau nous présente son long-métrage, Tranchées, un documentaire qui narre l'expérience des tranchées de l'intérieur. "En 2020, on parle de 40 à 50 000 hommes sur les positions du Donbass, ce qui représente 400km de lignes de front" explique Loup Bureau. "Ce qui me surprenait, c'est qu'on peut marcher durant une heure dans ce réseau de tranchées sans en voir la fin." Par le choix du thème et du noir et blanc, ces images évoquent un imaginaire et un vocabulaire hérité du conflit de la Première Guerre mondiale et des tranchées françaises.

Publicité

En 2020, Loup Bureau part à la rencontre des femmes et des hommes soldats et partage durant plusieurs mois leur quotidien. Il peut ainsi gagner leur confiance et disposer d'une grande liberté pour filmer leur vie partagée. "Au début, beaucoup de soldats ne savaient pas et ne comprenaient pas pourquoi j'étais là, pourquoi je partageais leur quotidien. (…) Aussi, je ne parle pas assez bien ukrainien ou russe pour pouvoir dialoguer avec eux. Ça a été un avantage conséquent : à partir d'un certain moment, ils ont presque oublié que j'étais là, j'étais totalement invisible. C'est ce qui m'a permis de capturer ce quotidien où ils se parlent entre eux, en sachant pertinemment que je ne comprenais pas ce qu'ils racontaient." nous dit Loup Bureau.

Ce documentaire nous plonge dans une vie fragile et sans cesse menacée, où "la mort toujours présente, à n'importe quel moment", n'empêche pas l'ennui, l'attente et les occupations du quotidien. "Quand on filme la guerre, on a tendance à vouloir montrer la violence physique. Mais pour comprendre la guerre de tranchées, il faut aussi se représenter l'attente et tout ce que cela crée dans la psychologie des soldats qui sont dans cet espace d'attente, d'enfermement" affirme Loup Bureau.

"Le Donbass n'a jamais été en paix__" affirme Loup Bureau. Ce documentaire à visée politique met en lumière un conflit peu médiatisé qui dure depuis 2014 dans le Donbass, que l'on a souvent qualifié de "conflit gelé". Il insiste sur la durée peu commune de ce conflit et sur ses dégâts matériels mais surtout humains, avec plus de 14 000 morts depuis 2014 et le déplacement de plus de 1,5 millions de personnes.

En savoir plus : A quoi consent-on ? Avec Monia Chokri

Extraits sonores :

Références

L'équipe

Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Production
Thomas Beau
Réalisation
Henri Le Blanc
Collaboration
Laura Dutech-Perez
Collaboration
Oriane Delacroix
Collaboration
Lucas Bretonnier
Collaboration
Anna-Livia Marchaison
Collaboration