Carte de Gemelli des migrations Aztèques de Aztlan à Chapultapec ©Getty -  Sepia Times / Contributeur
Carte de Gemelli des migrations Aztèques de Aztlan à Chapultapec ©Getty - Sepia Times / Contributeur
Carte de Gemelli des migrations Aztèques de Aztlan à Chapultapec ©Getty - Sepia Times / Contributeur
Publicité
Résumé

Evelyne Heyer, professeure en anthropologie génétique au Muséum national d'Histoire naturelle, pour son livre "L’Odyssée des gènes" (Flammarion, août 2020)

avec :

Evelyne Heyer.

En savoir plus

Les gènes, une machine à remonter le temps là où aucune archive ne permet d’accéder. Cette exploration du passé grâce à l’information génétique, Evelyne Heyer y consacre un ouvrage « L’Odyssée des gènes » (Flammarion, août 2020). Biologiste de formation, elle intègre rapidement une dimension anthropologique à ses recherches, dimension sans laquelle l’interprétation de notre génome ne peut livrer tout son sens. Evelyne Heyer enseigne aujourd’hui cette discipline nouvelle rendue possible par les récentes avancées scientifiques au Muséum d’Histoire naturel.

Quand j’ai découvert la théorie de l’évolution, je l’ai trouvée fascinante. La génétique est un très bon outil pour utiliser cette théorie. J’ai commencé à travailler sur des populations humaines et, dès les premiers travaux, j’ai réalisé qu’on ne pouvait saisir la diversité humaine qu’en intégrant une dimension de sciences humaines, c’est-à-dire la culture, la langue, les habitudes. Elle permet de comprendre l’évolution de notre espèce : j’ai croisé très vite la génétique et les sciences humaines. (Evelyne Heyer) 

Publicité

Pour retracer l’Histoire de notre espèce, le travail de terrain est essentiel : Evelyne Heyer parcourt les quatre coins de la Terre, - de la Sibérie à l’Asie centrale en passant par l’Afrique subsaharienne, pour y récolter échantillons d’ADN et données culturelles à partir desquelles elle et son équipe, composée de linguistes, généticiens, et ethnologues, esquissent la genèse de l’Humanité, de l’apparition de l’Homo Sapiens en Afrique à sa dispersion partout dans le monde. 

J’adore le terrain, aller à la rencontre des différences, c’est en se confrontant à la différence que l’on retrouve l’humanité, l’universel dans l’humain. J’ai la chance dans mon travail d’allier la science à la rencontre des autres. (Evelyne Heyer)

Cette histoire c’est d’abord celle de la migration des individus, des populations partout sur le globe à partir d’une première vague hors d’Afrique, des confins de l'Australie à la Terre de feu. C’est aussi celle de leurs mélanges, à la fois culturels et génétiques. Universel, ce mélange est source d'une diversité génétique parfois indispensable à la survie même de l’espèce humaine. Avec l'ADN, c'est l'histoire des systèmes de parenté, dans le temps long et à l'échelle mondiale, que dresse Evelyne Heyer. 

L’ADN a permis de révéler l’ampleur de l’universalité des mélanges et que les mélanges sont parfois bénéfiques, voire essentiels à la survie de l’espèce (…) par exemple les Tibétains sont adaptés à l’altitude et ont reçu cette partie de génome grâce à un ancêtre de l’Homo Sapiens appelé « l’Homme de Denisova » et c’est grâce à ce mélange que ces populations ont acquis les gènes qui leur ont permis de s’adapter et de vivre en altitude. (Evelyne Heyer)

27 min

Extraits sonores: 

  • Jean Rostand "Visa pour l'avenir" (28 déc. 1962) 
  • Alain Damasio, La Grande table, France Culture (30 Nov 2018) 
  • Otzi, Le mystère de l'homme des glaces (France 3, 11 avril 1992) 
Références

L'équipe

Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Production
Anouck Delfino
Collaboration
Thomas Beau
Réalisation
Henri Le Blanc
Collaboration
Madeleine Martineu
Collaboration
Laura Dutech-Perez
Collaboration
Jean Bulot
Collaboration