Attaque aérienne du village de Al-Bara (Syrie) par l'armée Russe - Mars 2020
Attaque aérienne du village de Al-Bara (Syrie) par l'armée Russe - Mars 2020
Attaque aérienne du village de Al-Bara (Syrie) par l'armée Russe - Mars 2020  ©AFP - Omar HAJ KADOUR / AFP
Attaque aérienne du village de Al-Bara (Syrie) par l'armée Russe - Mars 2020 ©AFP - Omar HAJ KADOUR / AFP
Attaque aérienne du village de Al-Bara (Syrie) par l'armée Russe - Mars 2020 ©AFP - Omar HAJ KADOUR / AFP
Publicité
Résumé

L'archéologie pour rétablir la vérité scientifique et redonner une voix aux civils dans les zones de conflit... C'est l'enjeu de "l'architecture forensic" fondée par Eyal Weizmann, auteur de "La vérité en ruines" (éd. Zones, 2021) et notre invité aujourd'hui.

avec :

Eyal Weisman (Architecte, fondateur de Forensic Architecture).

En savoir plus

Face aux violences commises en toute impunité par des États qui en déclinent la responsabilité, comment renverser le rapport de force et redonner voix aux civils ? Pour l'architecte Eyal Weizman et l'équipe qu'il a formé au sein du laboratoire « Forensic Architecture », ce combat se mène sur le terrain de la vérité scientifique : établir des preuves irréfutables et ainsi redonner leur valeur aux témoignages des victimes passés sous silence. Pour y parvenir, son laboratoire de recherches a inventé une méthode dite « architecture forensic » au carrefour de l’investigation et de l’architecture urbaine, mobilisée notamment dans le cadre de procès mené par des organisations internationales de protection des droits de l'Hommecontre des exactions étatiques. 

L'architecture peut, en fait, violer les droits humains. (Eyal Weizman)

Publicité

Je préfère le mot "vérification", qui est une pratique de la recherche, plutôt que le terme transcendant de "vérité", qui est religieux. (Eyal Weizman)

L’architecture comme témoin de l’histoire, la matière enregistre par sa transformation un réel que la politique nie, c'est tout l'enjeu de « l' architecture forensic » imaginée par Weizman. Le bâti est ainsi le relai silencieux de la mémoire de l’Histoire, et Eyal Weizman fait parler les traces qu’il récolte d’un hier et d’un aujourd’hui pour comprendre ce qui s’est passé, en établir la preuve irréfutable à l'ère des fake-news et des dénégations des États. 

Il faut modéliser différents types de forums tel que les médias, le domaine public et même des galeries et des espaces d'exposition. (Eyal Weizman)

Archéologue du présent, son équipe réunit un maximum de données (vidéos, images prises sur le vif par les civils, imagerie satellite etc.) sur des lieux souvent inaccessibles de conflits urbains, notamment dans le cas d'attaques de drones. Justifiées par les États comme étant "plus humains" car davantage ciblés, ces drones permettent une surveillance accrue des zones de conflit. Dans les faits, les victimes civiles continuent de se compter par milliers. Grâce aux outils numériques et à la méthode d'analyse développée par le laboratoire Forensic Architecture, Eyal Weizman exploite, recoupe et donne du sens à ces données éparses, fragmentaires ou surabondantes pour construire un scénario le plus précis et probant possible. En étroite collaboration avec des ONG protégeant les droits humains, son travail œuvre au dévoilement d’une « vérité en ruines ». D’une portée politique déterminante, ses travaux ont conduit notamment Israël à reconnaître en 2012 l'utilisation, qu’elle niait jusqu'alors, de munitions au phosphore dans des zones habitées. A cause des difficultés auxquels il se confronte ainsi que de par ses méthodes, le travail du laboratoire Forensic Architecture questionne l'ambivalence des technologies, de celles qui surveillent et détruisent à celles qui réhabilitent, de l'enjeu politique de l’information, et de cette vérité « en ruine » qu'il œuvre à réparer.

Très souvent, l'Histoire n'est pas capturée dans le cadre d'une image, mais ce qu'il doit être construit, ce sont les relations autour des images. (Eyal Weizman)

Pour aller plus loin, le documentaire Il n'y aura plus de nuit (Eléonore Weber, 2020), Prix Des Jeunes et Mention spéciale du Prix de l’Institut Français au festival Cinéma du Réel 2020. Il sortira le 16 juin 2021.

Merci à Michel Zlotowski pour la traduction.

À réécouter : Laurent Grasso, par-delà Nature et Culture

Extraits sonores : 

  • Pierre Vidal Naquet présente son ouvrage Les Assassins de la mémoire, où il démonte les thèses négationnistes (FR3 Marseille, 26 octobre 1987 )
  • Il n'y aura plus de nuit (Eléonore Weber, 2020, à voir le 16 juin 2021)
Références

L'équipe

Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Production
Anouck Delfino
Collaboration
Caty Reneaux
Collaboration
Thomas Beau
Réalisation
Henri Le Blanc
Collaboration
Laura Dutech-Perez
Collaboration
Oriane Delacroix
Collaboration
Valentine Alloing
Collaboration
Jean Bulot
Collaboration