"Vampire" ("L'amour et la douleur "), Edvard Edvard (1863-1944), collection privée
"Vampire" ("L'amour et la douleur "), Edvard Edvard (1863-1944), collection privée - Heritage Images / Contributeur
"Vampire" ("L'amour et la douleur "), Edvard Edvard (1863-1944), collection privée - Heritage Images / Contributeur
"Vampire" ("L'amour et la douleur "), Edvard Edvard (1863-1944), collection privée - Heritage Images / Contributeur
Publicité

Nous souffririons d'"analphabétisme émotionnel", préférant nous méfier de nos émotions plutôt que de les déchiffrer. C'est ce que montre la philosophe Ilaria Gaspari dans son "Petit manuel philosophique à l'intention des grands émotifs". Elle est notre invitée aujourd'hui.

Avec
  • Ilaria Gaspari Docteure en Philosophie de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, autrice de "Leçons de bonheur" (PUF, 2020).

Ilaria Gaspari est docteure en philosophie de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Avant la pandémie, elle a mis en pratique pendant six semaines les enseignements de six écoles de philosophie antique, de Pythagore à Diogène. A partir de ses résultats, elle a publié le livre Leçons de bonheur. Exercices philosophiques pour bien conduire sa vie (PUF, 2020), qui en a aidé plus d’un à vivre les confinements et l’angoisse quotidienne face au virus.

Elle revient à présent avec un Petit manuel philosophique à l'intention des grands émotifs (Puf, 04/05/2022). Traduit de l’italien par Romane Lafore, cet ouvrage propose de se pencher sur nos émotions. L'auteure insiste sur la nécessité de mieux les comprendre pour ne pas se laisser dominer par celles que l’on refoule. Elle remonte notamment à l'origine du mot émotion, venu après celui de "passion", et à la différence poreuse entre sentiments et émotions : selon elle, "le sentiment est une émotion qu'on revit, l'émotion doit avoir quelque chose de très immédiat, de très spontané. Quand on y réfléchit, c'est déjà un sentiment". Une réflexion qui se base notamment sur son expérience personnelle et ses souvenirs d'enfance.

Publicité

Ilaria Gaspari montre ainsi qu’il y aurait un alphabet des émotions que nous sommes aujourd'hui peu capables de déchiffrer. Nous oscillons entre la honte d’étaler nos émotions en plein jour et le plaisir narcissique de les exhiber, sur les réseaux sociaux ou ailleurs.

Pour Ilaria Gaspari, "Les émotions sont un peu comme les couleurs : il y en des primaires, mais il y a aussi des manifestations nuancées". Sa propre palette va de la colère qui animalise au bonheur, véritable vocation humaine selon la sagesse antique. Elle passe aussi par les regrets, l'envie ou encore la nostalgie : "la nostalgie des lieux masque la nostalgie du temps". On aura ainsi beau revenir sur les lieux de notre nostalgie, celle-ci ne pourra jamais être comblée.

58 min
26 min

Extraits sonores :

L'équipe

Chloë Cambreling
Chloë Cambreling
Chloë Cambreling
Production
Thomas Beau
Réalisation
Henri Le Blanc
Collaboration
Laura Dutech-Perez
Collaboration
Oriane Delacroix
Collaboration
Lucas Bretonnier
Collaboration