Des gilets jaunes suspendus à un balcon, Marseille, 7 décembre 2018 ©AFP - BORIS HORVAT
Des gilets jaunes suspendus à un balcon, Marseille, 7 décembre 2018 ©AFP - BORIS HORVAT
Des gilets jaunes suspendus à un balcon, Marseille, 7 décembre 2018 ©AFP - BORIS HORVAT
Publicité
Résumé

Que dit le mouvement des "gilets jaunes" du temps dans lequel nous vivons ? On en parle avec Jacques Rancière, philosophe, professeur émérite à l'université Paris-VIII, auteur de "En quel temps vivons-nous?" (La fabrique, 2017).

avec :

Jacques Rancière (philosophe, professeur émérite à l'Université de Paris VIII (Saint-Denis)).

En savoir plus

Jacques Rancière, professeur émérite de l'université Paris 8, depuis La parole ouvrière (La fabrique, 2007), il travaille sur le postulat de l’égalité des intelligences, réflexion réunie dans Le Maître ignorant (fayard, 1987). Il porte ainsi une attention toute particulière au partage du savoir et à la parole des « sans parts », ceux qui n’ont pas voix au débat, tout en interrogeant les notions de peuple et de démocratie. 

On a là une prise de parole qui n’est pas celle des locuteurs habituels.                  
(Jacques Rancière)

Publicité

Les "gilets jaunes", figure des sans part? Une parole a tout du moins émergé, absente de l’espace public ou inaudible jusqu’ici. Dans un gouvernement de "l’illusion démocratique" sous lequel "les gens subissent un pouvoir dont ils s'imaginent être la source" et qui valorise le système représentatif, lorsque les citoyens se sentent mal représentés, la rue est-elle plus légitime que le Parlement et autres pouvoirs institués ? Le mouvement des "gilets jaunes" appelle-t-il à une redéfinition des rapports sociaux? 

La représentation, ce n’est pas la démocratie mais le fait qu’une  catégorie de gens soit seule capable de gérer au fond les intérêts de la  communauté. Pour qu’il y ait démocratie, il faut autre chose.                  
(Jacques Rancière)

En même temps, les "gilets jaunes" ne forment pas un mouvement homogène, et ne portent pas une parole monolithique si clairement énoncée. Dans quelle mesure, alors, et par quels moyens élaborer un projet commun, un projet d’avenir, qui voit plus loin que la prochaine échéance électorale ?

Il faut des gens qui s’organisent pour créer une scène de parole. Les sans part sont donc d’abord des sujets politiques.                  
(Jacques Rancière)

27 min

Extraits sonores:

  • Pierre Bourdieu (Arrêt sur Image, 1995)
  • Les gilets jaunes et un référendum (France 2, 20 h, 10./12/2018)
  • Adresse à la Nation d'Emmanuel Macron (10/12/2018)
Références

L'équipe

Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Production
Henri Le Blanc
Collaboration
Maja Neskovic
Production déléguée
Laura Dutech-Perez
Collaboration
Marie Plaçais
Réalisation
Oriane Delacroix
Collaboration
Peire Legras
Réalisation