Art des rues des gilets jaunes, le 15 juin 2019, au Canet de Meyreuil, France.
Art des rues des gilets jaunes, le 15 juin 2019, au Canet de Meyreuil, France.
Art des rues des gilets jaunes, le 15 juin 2019, au Canet de Meyreuil, France. ©Getty - Francois LOCHON / Contributeur
Art des rues des gilets jaunes, le 15 juin 2019, au Canet de Meyreuil, France. ©Getty - Francois LOCHON / Contributeur
Art des rues des gilets jaunes, le 15 juin 2019, au Canet de Meyreuil, France. ©Getty - Francois LOCHON / Contributeur
Publicité
Résumé

Avec Didier Le Bret, diplomate, directeur de l'ouvrage "Rendez les doléances "(JC Lattès, janvier 2022) et Nathan Cazeneuve, fondateur de la revue "Germinal".

En savoir plus

Pendant six semaines, chaque mercredi, en collaboration avec des associations, fondations ou think tank, La Grande Table scrute l’horizon présidentiel par le prisme des Idées. Place de la jeunesse, liberté en démocratie, gouvernance citoyenne, marketing de la radicalité sur le web, intégration sociale… A chaque semaine son thème.

Aujourd'hui, un premier volet  consacré aux doléances des Gilets Jaunes : comment le pouvoir entend-il (ou pas) les voix des classes populaires ?

Publicité

Didier Le Bret est diplomate, ancien conseiller de François Hollande. Très impliqué dans la campagne présidentielle d’Anne Hidalgo, il dirige le livre Rendez les doléances ! Enquête sur la parole confisquée des Français (JC Lattès, 2022). Dans cet ouvrage à plusieurs mains, différents contributeurs analysent quelques-unes des doléances recueillies lors du Grand Débat National de 2019.

Ouvrir les mairies au peuple est d'abord une idée issue du terrain, des maires eux-mêmes. Selon Didier le Bret, “ce sont les maires, qui connaissent le mieux leurs gens, qui au moment où l'affaire des gilets jaunes prend une tournure violente à certains endroits, se disent qu'il faut renouer le dialogue". Puis le gouvernement a repris à son compte cette idée dans le cadre du Grand Débat National organisé par Emmanuel Macron à la suite de la crise des «gilets jaunes».

Pour Didier le Bret, il semble surtout avoir permis au pouvoir de refermer une parenthèse. Car alors que le président s’était engagé à rendre ces doléances publiques, à les numériser et à ce qu’elles constituent un corpus pour les chercheurs, ces cahiers ne sont pour l'instant consultables qu’à la Bibliothèque Nationale de France (Paris). Il ajoute que, de manière absurde, “ces doléances ont été traitées comme des documents administratifs”. Pour cette raison, lui et d’autres personnalités se sont unis en association (Rendez les doléances!) pour retrouver ces doléances et réclamer que cette promesse soit tenue.

Nathan Cazeneuve est l’un des contributeurs au projet et notre deuxième invité. Directeur de publication de la revue d’idées Germinal (Le Bord de l'eau), qu’il a co-fondée, il souligne les points communs entre la mobilisation des Gilets Jaunes et le Grand Débat National.

Nathan Cazeneuve insiste par ailleurs sur la division du travail social. Selon lui, “les individus ont des emplois différents qui sont complémentaires”. Cette division soulève la question de la juste rémunération du travail : il faudrait faire en sorte que disparaissent les différences de classe au profit de différences autour des groupes sociaux professionnels.

A noter, la parution en novembre 2021 du numéro 3 de Germinal, dédiée à " La politique des classes populaires" et qui souligne notamment la nécessité pour la gauche, si elle veut se réinventer, de se confronter au défi que représente l'intégration de ces classes.

À lire aussi : Leonard de Vinci à l’épreuve du marché de l’art

Extraits sonores :

  • Emmanuel Macron le 27.11.2018
  • Allocution de François Mitterrand à Rouen le 25.04.1974
Références

L'équipe

Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Production
Thomas Beau
Réalisation
Henri Le Blanc
Collaboration
Laura Dutech-Perez
Collaboration
Vivian Lecuivre
Réalisation
Oriane Delacroix
Collaboration
Lucas Bretonnier
Collaboration