La langue peut-elle vraiment être sexiste ? ©Maxppp - Lionel Vadam/PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN
La langue peut-elle vraiment être sexiste ? ©Maxppp - Lionel Vadam/PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN
La langue peut-elle vraiment être sexiste ? ©Maxppp - Lionel Vadam/PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN
Publicité
Résumé

Dans "Le féminin et le masculin dans la langue : l'écriture inclusive en question", les linguistes Danièle Manesse et Gilles Siouffi interrogent le sexisme supposé du français.

avec :

Gilles Siouffi (professeur en langue française à l'université Paris-Sorbonne), Danièle Manesse (Professeure émérite en sciences du langage à l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle.).

En savoir plus

En France, la langue est presque une deuxième religion, avec sa bible (le dictionnaire), ses gardiens du temple (l'Académie française et les académiciens), ses prêtres (les enseignants), et ses apôtre (les écrivains). Surtout, celle-ci concentre une part de croyance et une adoration certaine. Le problème, c'est qu'il n'y a pas vraiment d'instance pour donner le ton et décider des pratiques linguistiques. Pour les linguistes Gilles Siouffi et Danièle Manesse, cette absence de norme s'est particulièrement faite ressentir lors des débats autour de l'écriture inclusive, apparus il y a maintenant un an et demi.

Ce qui est intéressant dans le débat sur l’écriture inclusive, c’est qu’il y a eu une forte attente de normes. Aujourd’hui, il y a une attente de normes plus forte qu’il y a cinquante ans. (Gilles Siouffi)

Publicité

Pourtant, selon nos deux invités, cette absence de norme n'est pas à regretter, car concernant la langue, c'est l'usage qui doit dicter les variations et non une décision prise par le haut. Ainsi, l'Académie française fait plus office de chambre d'enregistrement des évolutions de la langue française que d'institution prescriptrice.

C'est donc la société qui modifie la langue, et non l'inverse. C'est pourquoi, selon nos deux invités, les partisans de l'écriture inclusive se trompent de combat, en estimant que la langue peut réduire l'invisibilisation des femmes en changeant les règles d'accord : 

L’écriture inclusive part d’une idée fausse sur la langue, selon laquelle la langue est à l’image du monde, et se fait le reflet de la société. (Danièle Manesse)

L’invisibilité des femmes est liée à l’oppression des femmes dans l’histoire, pas à la langue. (Danièle Manesse)

Dans l'ouvrage collectif Le féminin et le masculin dans la langue : l'écriture inclusive en question (ESF, mai 2019) qu'ils ont co-dirigé, les deux linguistes interrogent à la fois le problème soulevé par l'écriture inclusive, à savoir le fait que la langue soit porteuse d'inégalités, et la solution qui est proposée, consistant à changer la manière d'écrire, au prix d'une complexité syntaxique qui risque de ne pas faciliter son apprentissage.

27 min

Extraits sonores : 

Références

L'équipe

Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Production
Henri Le Blanc
Collaboration
Maja Neskovic
Production déléguée
Laura Dutech-Perez
Collaboration
Marie Plaçais
Réalisation
Oriane Delacroix
Collaboration
Milena Aellig
Réalisation