Un mouvement de grève fait suite à la publication du livre "Les Fossoyeurs" sur les dysfonctionnements de l'établissement Orpéa (Marignane, 01/27/2022)
Un mouvement de grève fait suite à la publication du livre "Les Fossoyeurs" sur les dysfonctionnements de l'établissement Orpéa (Marignane, 01/27/2022) ©Getty - SOPA Images
Un mouvement de grève fait suite à la publication du livre "Les Fossoyeurs" sur les dysfonctionnements de l'établissement Orpéa (Marignane, 01/27/2022) ©Getty - SOPA Images
Un mouvement de grève fait suite à la publication du livre "Les Fossoyeurs" sur les dysfonctionnements de l'établissement Orpéa (Marignane, 01/27/2022) ©Getty - SOPA Images
Publicité

Si son livre-enquête "Les Fossoyeurs" (Fayard, janvier 2022) a produit une vive réaction de l'opinion publique, a-t-il vraiment changé les choses ? Victor Castanet vient nous en parler, trois mois après la publication de son ouvrage choc.

L'ouvrage Les Fossoyeurs publié le 26 janvier a créé une véritable onde de choc politique et médiatique. Le journaliste Victor Castanet a révélé les dysfonctionnements du groupe Orpéa, leader mondial des cliniques privées, qui gère près de 1200 établissements dans le monde, dont 200 Ehpad en France. Après trois ans d'enquête, après avoir recueilli plus de 200 témoignages, Victor Castanet dénonce les pratiques dysfonctionnelles du groupe, que ce soit la maltraitance des patients, du personnel, des pratiques financières douteuses ou encore une gestion "contestable" de l'argent public. "Ce livre a enclenché un débat de société, tout le monde a été saisi sur la question dont on traite nos aînés. Ce livre a touché des générations que je ne pensais pas toucher, toutes les classes sociales, mais aussi tout un secteur. Tous les gens qui travaillent dans le secteur médical l’ont acheté, pour s’informer ou comme acte militant" affirme Victor Castanet.

Ces révélations ont fait l'effet d'un électrochoc auprès de l'opinion publique et des politiques. Les Fossoyeurs fait l'objet de plus de 130 000 ventes en deux mois, il est à l'origine de nombreuses grèves et tribunes médiatiques, les hommes politiques se mobilisent et l'Etat lance une double enquête administrative et financière, menée par l'IGF et l'IGAS qui vient confirmer les conclusions de Victor Castanet. "On espère que le groupe Orpéa va être poursuivi, et il est déjà poursuivi. Les gens qui ont mis en place le système vont devoir répondre. Mais j’espère que c’est aussi un système qui va changer" explique Victor Castanet.

Publicité

Au-delà d'Orpéa, ce scandale révèle les dysfonctionnements du système de santé privé mais remet aussi en cause les contrôles défaillants de l'Etat auprès des Ehpad privés. Ce scandale vient braquer les projecteurs sur le secteur des maisons de retraite et interroge, à quelques jours du second tour de l'élection présidentielle, les politiques mises en place pour accompagner les personnes âgées dépendantes. "Il y a eu une réaction de l’Etat. Il y a eu ces résultats du rapport de l’IGAS et de l’IGF, très important car ils confirment nos résultats. Il y a eu des actions de l’Etat, mais elles ne sont pas au niveau. De manière plus globale, il faut repenser le secteur" nous dit Victor Castanet.

Au-delà, il interroge aussi notre propre capacité à faire société dans le cadre du vieillissement de la population française. "Cela nous renvoie à notre culpabilité personnelle et collective, et à la manière dont notre propre société gère nos aînés. Il faudrait consacrer du temps à nos grands-parents, mais aussi repenser l’architecture des Ehpad. En France, c'est un lieu souvent désagréable et plutôt opaque, fermé. En Suède, les Ehpad sont bien plus ouverts."

À lire aussi : Zep existentiel
28 min

Extraits sonores :

L'équipe

Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Production
Thomas Beau
Réalisation
Henri Le Blanc
Collaboration
Lila Boses
Collaboration
Laura Dutech-Perez
Collaboration
Oriane Delacroix
Collaboration
Lucas Bretonnier
Collaboration