Procès de Nuremberg (Vue générale de la salle d'audience pendant le procès à Nuremberg, Allemagne en 1946) ©Getty -  Keystone-France / Contributeur
Procès de Nuremberg (Vue générale de la salle d'audience pendant le procès à Nuremberg, Allemagne en 1946) ©Getty - Keystone-France / Contributeur
Procès de Nuremberg (Vue générale de la salle d'audience pendant le procès à Nuremberg, Allemagne en 1946) ©Getty - Keystone-France / Contributeur
Publicité
Résumé

Nuremberg, procès exemplaire ou spectaculaire? Rendez-vous avec l'historienne des images Sylvie Lindeperg, qui publiait "Nuremberg la bataille des images" aux éditions Payot en avril 2021.

avec :

Sylvie Lindeperg (Historienne, spécialiste de la seconde guerre mondiale et de l’histoire du cinéma. Professeure à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Membre du groupe de recherche V13 sur les archives audiovisuelles du procès des attentats du 13 novembre 2015.).

En savoir plus

De l'importance de penser les finalités des images et les limites qu'on veut bien leur imposer, avec notre invitée, Sylvie Lindeperg.  Professeure d’histoire du cinéma à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, elle s'est beaucoup penchée sur les images de la Seconde Guerre mondiale et sur les procès pour crimes contre l’Humanité. Elle s'intéresse en outre aux relations entre cinéma, mémoire et histoire.

L’image non seulement complète les écrits mais permet d’accéder à une sorte de zone invisible de l’Histoire. C'est un point très important que l'on retrouve aujourd'hui dans les travaux des historiens travaillant sur l‘image. (Sylvie Lindeperg)

Publicité

On peut dire que le cinéma coproduit l’événement. (Sylvie Lindeperg)

Avec Nuremberg, la bataille des images. Des coulisses à la scène d'un procès-spectacle (Payot, 2021), elle nous fait pénétrer dans les coulisses de ce procès pensé et organisé comme un show international. Pendant dix mois, une vingtaine de criminels de guerre nazis sont jugés dans le cadre d'une cour internationale. Les enjeux sont politiques, pédagogiques, et surtout mémoriels, et les Américains disputent aux Soviétiques la narration de ce procès. Sa mise en scène et les usages inédits de l’image qui y sont appliqués en font un moment médiatique et historique majeur, beaucoup évoqué lors du procès Eichmann (1961).

Symboliquement, c’est vraiment l'idée de convaincre l‘opinion américaine du bien fondé de ce procès - certains en doutent encore aux Etats Unis -, et de profiter de ce procès pour vanter les valeurs de la justice et de la démocratie américaines. (Sylvie Lindeperg)

28 min

Extraits sonores : 

  • Marc Ferro (Antenne 2, à l'occasion de la sortie de son livre Cinéma et histoire en 1977)
  • Extrait du film de propagande That justice Be done de George Stevens, sorti le 18 octobre 1948