Center street shibuya
Center street shibuya ©Getty - David Gee
Center street shibuya ©Getty - David Gee
Center street shibuya ©Getty - David Gee
Publicité

Le Japon charme autant les fans de mangas et de pop culture que les amateurs de jardins zen et de haïkus. Pour décrypter ce pays subtil, l'auteur Richard Collasse, chef d'entreprise résidant au Japon depuis près de cinquante ans, revient sur son "Dictionnaire amoureux du Japon" (Plon, 2021).

Avec
  • Richard Collasse Auteur et chef d'entreprise Chanel Japon

Passionné par le pays et le peuple japonais depuis son premier voyage en 1971, Richard Collasse leur a consacré sa vie. Diplômé de l'Ecole des langues orientales, il a gravit les échelons pour devenir président de Chanel Japon. Il y vit depuis bientôt cinquante ans, aux côtés de son épouse japonaise et de ses enfants. Le premier conseil qu'il a reçu en arrivant au Japon c'est, comme il le rappelle : "regarde toi dans le miroir le matin, tu verras que tu as les yeux bleus et les cheveux blonds et que tu ne deviendras jamais japonais. En arrivant au Japon, il y a la tentation de la tatamisation, c'est-à-dire de devenir plus japonais qu'un japonais. L'assimilation n'est pas possible selon moi, mais la compréhension, oui." 

Qui alors de mieux placé que lui pour livrer un Dictionnaire amoureux du Japon (Plon, 2021) ? Au fil de l'alphabet, il nous offre une déambulation dans le Japon d'hier et d'aujourd'hui, de la fondation de l'Etat japonais jusqu'à Haruki Murakami, en passant par Roland Barthes ou encore le cinéaste Ozu Yasujiro. On découvre les paysages de ce pays : les épiceries konbini de quartier, les cerisiers sakura qui fleurissent lors du hanami et les tsunamis qui peuvent secouer cette terre. Comme l'explique Richard Collasse : "Le Japon vit sur ce qu'on appelle le dos du poisson-chat qui se réveille souvent avec des tremblements de terre, des éruptions volcaniques, des tsunamis comme en 2011 et plus souvent des glissements de terrain. Ils ont dû apprendre à composer avec cette nature."

Publicité

Cet ouvrage kaléidoscopique est l'occasion de redécouvrir les stéréotypes que nous avons du Japon - les sushis, phare de la gastronomie japonaise, les geishas, cette profession ésotérique et souvent incomprise - mais aussi de les dépasser.  

Richard Collasse cerne les spécificités d'une culture volontairement ésotérique et paradoxale. Leur croyance shintoïste, spécificité locale, explique leur rapport avec le monde vivant mais aussi leur pudeur émotionnelle tandis que leur sexualité est plutôt libérée. Richard Collasse rappelle que "une chose qui a choqué les Occidentaux à leur arrivée au Japon, c'est que la nudité est très naturelle. Quand vous regardez dans l'histoire de l'art du Japon, la nudité n'est pas représentée comme elle l'est dans la statuaire grecque ou le quattrocento. Les japonais, à l'inverse, étaient choqués de l'expression des sentiments par les étrangers." L'histoire du Japon, marquée par les tentatives d'invasion des mongoles et par un isolement de deux siècles qui leur a été arraché lorsque les Américains les ont forcé à s'ouvrir au reste du monde au XIXe siècle, expliquerait la croyance de nombreux japonais en l'unicité et l'opacité de leur propre culture. 

27 min

Extraits sonores : 

  • Module "soft power japonais" créé par Thomas Beau : Goldorack, Chihiro, les 7 samourai, Super Mario Bros, Dalida - Gigi
  • Caméra au Japon, théâtre kabuki, INA, 28.11.1964