Jean-Paul Sartre et Simone De Beauvoir à Paris ©Getty - Photo by JAZZ EDITIONS/Gamma-Rapho
Jean-Paul Sartre et Simone De Beauvoir à Paris ©Getty - Photo by JAZZ EDITIONS/Gamma-Rapho
Jean-Paul Sartre et Simone De Beauvoir à Paris ©Getty - Photo by JAZZ EDITIONS/Gamma-Rapho
Publicité
Résumé

Retour sur une longue histoire de passions et de haine à l’occasion de la parution de "La Saga des intellectuels français, de 1944 à 1989" de l’historien François Dosse. Et une mise en lumière de la philosophe Elisabeth Badinter, auteure des "Passions intellectuelles" chez Robert Laffont.

avec :

Elisabeth Badinter (Philosophe, femme de lettres), François Dosse (historien, spécialiste de l’histoire intellectuelle, professeur à l’Université Paris-Est Créteil et Sciences Po, chercheur à l’IHTP (Institut d’histoire du temps présent)).

En savoir plus

Retour sur une longue histoire de passions et de haine à l’occasion de la parution de La Saga des intellectuels français (de 1944 à 1989) de l’historien François Dosse, en deux volumes chez Gallimard.

Une histoire panoramique des années Sartre et Beauvoir, de la relations des intellectuels avec le communisme, de leur positionnement dans la guerre d’Algérie, de leur confrontation à la figure gaullienne, entre utopie et désillusion, de la pensée post-68, de Soljenitsyne à la « nouvelle philosophie » jusqu’aux années 1980 déboussolées.

Publicité

Également présente par téléphone, la philosophe Elisabeth Badinter, auteure de la trilogie Les Passions intellectuelles chez Robert Laffont (1999, 2002, 2008), pour une mise en lumière de ce passé intellectuel. Une fresque en trois volumes qui revient sur un XVIIIe siècle florissant, celui de la société des Lumières, cette tribu intellectuelle qui inaugure les Temps modernes.

Dans ce moment des années 1960, Foucault va se substituer à Sartre. Il  dira que Sartre est un grand philosophe … du XIXème siècle. Sartre va être ringardisé.            
(François Dosse)

La société se donne les intellectuels qu’elle mérite. On vit une ère que Castoriadis a appelée "le règne de l’insignifiance".          
(François Dosse)

D’Alembert va concentrer dans sa propre personne ces deux objectifs : plaire au public et être reconnu comme le premier par ses pairs.            
(Elisabeth Badinter)

C’est vrai qu’il y a eu des amitiés très fortes chez les intellectuels du XXe siècle, mais je ne vois pas tellement d’amitiés qui aient duré chez ceux du XVIIIe.            
(Elisabeth Badinter)

Cliquez ici pour écouter la première partie de l'émission : "Ocelot, contre-enquête"

Extraits sonores : 

Références

L'équipe

Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Production
Henri Le Blanc
Collaboration
Maja Neskovic
Production déléguée
Laura Dutech-Perez
Collaboration
Marie Plaçais
Réalisation
Oriane Delacroix
Collaboration
Peire Legras
Réalisation