Photo d'une bibliothèque
Photo d'une bibliothèque
Photo d'une bibliothèque ©Getty -  Suwannar Kawila / EyeEm
Photo d'une bibliothèque ©Getty - Suwannar Kawila / EyeEm
Photo d'une bibliothèque ©Getty - Suwannar Kawila / EyeEm
Publicité
Résumé

"Aucune œuvre ne se lit de façon isolée. Toute lecture est comparée" : William Marx évoque dans sa leçon inaugurale au Collège de France "Par-delà la littérature - Lire dans la bibliothèque mondiale" (23 janvier 2020) l'influence de nos bibliothèques invisibles dans nos manières de lire.

avec :

William Marx (Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire "littératures comparées". Ecrivain français, essayiste, critique et historien de la littérature.).

En savoir plus

William Marx, le jeune titulaire de la chaire de littératures comparées du Collège de France prononcera le 23 janvier à 18h sa leçon inaugurale autour du thème "Par-delà la littérature – Lire dans la bibliothèque mondiale". Spécialiste des traditions littéraires française, anglo-américaine, italienne et germanique, agrégé de lettres classiques, il donnera les lignes directrices de son cours pour l’année 2019-2020, intitulé "Construire, déconstruire la bibliothèque" et dont la première séance sera donnée le 5 février à 14h.

Il faut faire l’effort d’aller vers les autres, l’étranger, le lointain, à un moment où il y a un enferment de chacun dans ses propres intérêts, et la littérature peut nous y aider.                           
(William Marx)

Publicité

"Nous vivons dans des bibliothèques mentales, non pas celles qui enferment des livres, mais celles où nous sommes nous-même enfermés. Elles nous servent de référence pour lire et comprendre les œuvres que nous lisons. Nous prenons un livre sur une étagère mentale et il n'y a aucune compréhension d'un livre qui soit indépendante des livres qui sont à coté, sur cette étagère."

La littérature comparée étudie la littérature sans se soucier des frontières linguistiques ou nationales. Il envisage la diversité des littératures et non une littérature au singulier. La question de la bibliothèque l’intéresse au sens où chaque lecteur est pris dans une d’entre elles, qu’elle soit imaginaire ou physique. Nous lisons une œuvre entourés d’une multitude d’autres textes. Il est des bibliothèques invisibles qu’il a pour objectif d’explorer dans ce cours. Chaque lecture est dès lors prise dans des comparaisons plus ou moins inconscientes. 

Aucune œuvre ne se lit de façon isolée. Toute lecture est comparée.                           
(William Marx)

Charles Dantzig, récemment invité à La Grande table, à propos de son Dictionnaire égoïste de la littérature mondiale, s'intéresse au concept de "littérature mondiale". William Marx lui préfère et lui oppose celui de "bibliothèque mondiale", plus ouvert.

Nous assistons en ce moment à un changement du paradigme en matière littéraire. Il y avait par le passé un privilège d’extraterritorialité accordé à la littérature par rapport au réel. Ce privilège n’existe plus aujourd’hui.                           
(William Marx)

Contributeur régulier du Monde, il s’exprime sur divers sujets d’actualité, notamment pour défendre les droits des minorités. 

La littérature veut avoir une fonction. Les écrivains sont vus comme ceux qui vont réparer le monde.                           
(William Marx)

Extraits sonores:

Références

L'équipe

Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Production
François Bréus
Collaboration
Jean-Christophe Brianchon
Production déléguée
Eric Lancien
Réalisation
Henri Le Blanc
Collaboration
Laura Dutech-Perez
Collaboration
Gilles Blanchard
Réalisation
Oriane Delacroix
Collaboration
Sophie Marty
Collaboration