J'ai perdu mon corps
J'ai perdu mon corps - Jérémy Clapin (distribution : Rezo films)
J'ai perdu mon corps - Jérémy Clapin (distribution : Rezo films)
J'ai perdu mon corps - Jérémy Clapin (distribution : Rezo films)
Publicité

"J'ai perdu mon corps" a reçu le Grand Prix de la Semaine de la critique à Cannes, le Prix du jury et le Prix du public au Festival d'Annecy. Pour nous en parler : son réalisateur, Jérémy Clapin, et le romancier et scénariste Guillaume Laurant, qui l'a co-écrit.

Avec

Comment représenter à l'écran les pérégrinations d'une main séparée de son corps ? Le réalisateur Jérémy Clapin a répondu à cette gageure dans son film d'animation J'ai perdu mon corps ( Xilam, 2019). Il a pour cela adapté le roman Happy hand, de Guillaume Laurant, notre second invité, notamment connu pour avoir été le scénariste du film Le Fabuleux destin d'Amélie Poulain

Le montage de J'ai perdu mon corps alterne l'errance de la main et le portrait de celui qui fut son propriétaire, Naoufel. Il a grandi au Maroc, et perdu ses parents très jeune. Désormais en France, il vivote auprès d'un oncle acariâtre et mutique, en exerçant sans aucune ponctualité son activité de livreur de pizza. L'étincelle dans cette existence presque condamnée, c'est la rencontre - par interphone interposé - avec Gabrielle. La jeune femme est bibliothécaire et rêve d'un igloo sur le toit de son haut immeuble d'où elle entend la pluie. Leur histoire, mélancolique, faite d'évitements et de livres échangés, alterne avec la folle course de la main de Naoufel. A travers elle, on bascule dans le fantastique, dans une forme de fable haletante qui nous montre le monde au plus près du sol.

Publicité

J'aime bien cette irruption du fantastique [...] qui finalement cohabite avec la réalité ; ils ne sont pas en opposition l'un l'autre. [...] Cette irruption du fantastique permet de parler de thématiques peut-être plus difficile à aborder de manière frontale, comme le deuil.      
(Jérémy Clapin)

Alors que le roman de Guillaume Laurant semblait inadaptable, le cinéma d'animation offre cette possibilité - quand bien même le financement de J'ai perdu ma main a rencontre bien des difficultés. L'enjeu du film est bien de faire surgir une poésie absolument inattendue, une quête de soi universelle - comme l'affirme Jérémy Clapin. L'émotion impromptue qui s'empare du  spectateur à la vue d'une main errante : voilà ce qu'a su provoquer le réalisateur.

Il faut secouer un peu cette ligne de la destinée ; ça passe souvent par être un peu subversif, faire un pas de côté [...] Il faut surprendre, c'est l'idée de se surprendre soi-même, et de repasser maître de quelque chose.      
(Jérémy Clapin)

32 min

Extraits sonores : 

  • Extrait de J'ai perdu mon corps (Jérémy Clapin, 2019)
  • Koji Yamamura au Forum des Images (8 décembre 2013, rencontre animée par Ilan Nguyen)
  • "Marie Douceur-Marie colère", Marie Laforet

L'équipe

Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Production
François Bréus
Collaboration
Eric Lancien
Réalisation
Henri Le Blanc
Collaboration
Maja Neskovic
Production déléguée
Laura Dutech-Perez
Collaboration
Gilles Blanchard
Réalisation
Oriane Delacroix
Collaboration
Sophie Marty
Collaboration