Portrait de Ludmila Mikaël en 1990
Portrait de Ludmila Mikaël en 1990
Portrait de Ludmila Mikaël en 1990 ©Getty - Eric CATARINA
Portrait de Ludmila Mikaël en 1990 ©Getty - Eric CATARINA
Portrait de Ludmila Mikaël en 1990 ©Getty - Eric CATARINA
Publicité
Résumé

Ludmila Mikaël, sociétaire honoraire de la Comédie-Française depuis 1987, remontait sur la scène du Français le 17 juin 2019 pour un "Portrait d’acteur : la fabrique du jeu". Retour sur son parcours, ses influences et ses grands rôles de tragédienne.

avec :

Ludmila Mikaël (Comédienne).

En savoir plus

La grande tragédienne Ludmila Mikaël revient sur son parcours : d'une famille d'artistes, elle s'inscrit au Conservatoire, un pari risqué et réussi ; à seulement 20 ans, elle entre à la Comédie-Française et fait ses débuts dans le rôle d'Elvire, dans Dom Juan de Molière, mis en scène par Antoine Bourseiller, et obtient immédiatement le prix Gérard-Philipe

Je suis arrivée là par hasard, poussée par bon vent. Toutes les portes se sont ouvertes comme si j’étais poussée dans le dos, et j’ai réalisé que j’avais une vocation.
(Ludmila Mikaël)

Publicité

Ça m’émeut de rendre hommage à ces années passées au Français. J’y suis entrée enfant et j'en suis sortie adulte, un peu, grâce aux textes, cette réunion d’énergie et d’amour autour du théâtre.
(Ludmila Mikaël)

Elle nous parle de ses débuts au Français, de ses partenaires de théâtre et de ses grands rôles... Au cours de sa carrière, elle a en particulier joué trois dramaturges : Claudel, Racine, et Shakespeare, pour son incroyable modernité...

Lorsque l’on voit les Anglais jouer Shakespeare en langue originale, on se sent incapable de ne jamais le jouer. L’accent tonique, on est obligé de le replacer par une énergie physique.
(Ludmila Mikaël)

Trois grandes figures raciniennes se dégagent : Phèdre (dans la pièce éponyme, dans une mise en scène de Jacques Rosner, en 1978), Junie (dans Britannicus, mis en scène en costumes modernes par Jean-Pierre Miquel la même année) et Bérénice (dans la Bérénice de Klaus-Michaël Grüber, en 1984, son dernier spectacle au Français). Elle quitte en effet la Comédie-Française le 31 décembre 1986 et devient sociétaire honoraire en 1987.

A l’automne dernier, Ludmila Mikaël jouait le rôle de Greta Garbo, face à Niels Arestrup qui jouait celui de Winston Churchill, dans la pièce Skorpios au loin, aux Bouffes Parisiens. Un texte d’Isabelle Le Nouvel dans une mise en scène de Jean-Loup Benoit...

En savoir plus : Le vrai est-il un moment du faux ?

Extraits sonores : 

  • Arrivée à la Comédie Française - L'avenir est à vous - 18/02/1967
  • Berenice - 19/10/1986
  • Antoine Vitez  - La baleine blanche sur RFI - 20/06/1987
  • Jacques Rampal - Les chemins de la connaissance - Célimène - 08/05/1992

Rediffusion de l'émission du 14/06/2019

Références

L'équipe

Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Production
Henri Le Blanc
Collaboration
Maja Neskovic
Production déléguée
Laura Dutech-Perez
Collaboration
Marie Plaçais
Réalisation
Oriane Delacroix
Collaboration
Milena Aellig
Réalisation