Le "pan de muertos"
Le "pan de muertos"
Le "pan de muertos"
Le "pan de muertos"
Le "pan de muertos"
Publicité
Résumé

Le jour de la fête des morts au Guatemala, la grand mère de J.Bustamante faisait le pain des morts, qui s'échangeait ensuite entre voisin.

En savoir plus

Nous avons rencontré le réalisateur guatémaltèque Jayro Bustamante qui vient de sortir La Llorona au cinéma, pour lequel il a remporté le prix de la réalisation à la Mostra de Venise l'an dernier. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

La llorona, selon la légende Maya, c’est un fantôme, une femme qui cherche et pleure ses enfants. Et dans le film, elle poursuit jusque dans leurs rêves la famille d’un dictateur accusé de génocide au Guatemala...

Publicité

Le film explore le thème de la responsabilité des enfants dans le crime de leurs pères et soulève la question de la place des indiens au Guatemala, une société où plus de 60% de la population est d’origine Maya. 

Alors j’ai rencontré Jayro bustamante dans un bistrot parisien, mais c’est près du four de sa grand mère Maya qu’il m’a emmené pour sa Madeleine… 

S'il devait y avoir une image de la générosité, ce serait ma grand mère en train de pétrir la farine devant des piles de pains

Références

L'équipe

Mattéo Caranta
Production