Vue d'artiste de l'intelligence artificielle - Alejandro Zorrilal Cruz
Vue d'artiste de l'intelligence artificielle - Alejandro Zorrilal Cruz
Vue d'artiste de l'intelligence artificielle - Alejandro Zorrilal Cruz
Publicité
Résumé

Un algorithme est-il condamné à rester un “idiot savant” ? Quelles perspectives pour la recherche en robotique dans les années à venir ? Le développement du Deep Learning marque-t-il un premier pas vers l’avènement d’une intelligence artificielle générale ?

avec :

Jean Ponce (Professeur à l’ENS, au département d'Informatique), Laurence Devillers (Spécialiste des interactions homme-machine, professeure d'informatique à l'université Paris-Sorbonne, et chercheuse au (Limsi) du CNRS), Benjamin Bayart (Cofondateur de la Quadrature du Net, co-président de la fédération des Fournisseur d’Accès à Internet associatifs (FFDN)).

En savoir plus

Bienvenue dans cet auguste amphithéâtre et merci d’être venus si nombreux.

Le très regretté Stephen HAWKING, dont personne dans cette docte assemblée ici réunie ne peut mettre en doute l’intelligence, déclarait à propos de l’intelligence artificielle : « Les formes primitives d'intelligence artificielle que nous avons déjà se sont montrées très utiles. Mais je pense que le développement d'une intelligence artificielle complète pourrait mettre fin à l'humanité » et il précise « Une fois que les hommes auraient développé l'intelligence artificielle, celle-ci décollerait seule, et se redéfinirait de plus en plus vite. Les humains, limités par une lente évolution biologique, ne pourraient pas rivaliser et seraient dépassés ».

Publicité

Stephen HAWKING n’est pas le seul à mettre en garde l’humanité contre l’émergence d’une intelligence artificielle forte, une IA générale qui nous ferait plier le genou. Avec lui, Elon MUSK, le patron de SpaceX et Tesla, Bill GATES, l’ancien patron de Microsoft, Mustafa SULEYMAN, de la société DeepMind, et j’en passe…

Faut-il croire ces esprits éclairés ? Faut-il s’inquiéter du développement exponentiel de la puissance de calcul des machines et en suivant la loi de Moore, se préoccuper de l'avènement prochain d’une singularité informatique ou peut-on, à l’inverse, dormir sur nos deux oreilles, en constatant que certes, battre les champions du monde du jeu de go ou d’échec, c’est plutôt pas mal, mais que nous ne sommes pas vraiment menacés tant que les faits d’armes de l’IA sont de gagner une partie de Jeopardy. Bref, pour résumer la pensée de Gérard BERRY, informaticien, professeur au Collège de France et médaille d’or du CNRS : l’ordinateur n’est pas dangereux par supplément de conscience, mais parce qu’il est complètement con.

Prix Nobel ou bonnet d’âne : c’est ce dilemme que nous allons tenter d'élucider au cours de cette table ronde, en compagnie de Laurence DEVILLERS, professeure d’informatique à Sorbonne Universités, chercheuse au Laboratoire d’Informatique pour la mécanique et les sciences de l’ingénieur, Benjamin BAYART, président de la fédération des fournisseurs d’accès à internet associatifs et co-fondateur de la Quadrature du net, et Jean PONCE, professeur à l’Ecole Normale Supérieure, en détachement à INRIA, où vous dirigez la collaboration avec l'Université de New-York.

Le fil de l'émission

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Les références musicales

Générique du début : Music to watch space girls by par Leonard Nimoy

Générique de fin : Bergschrund par DJ Shadow

Références

L'équipe

Nicolas Martin
Nicolas Martin
Nicolas Martin
Production
Antoine Beauchamp
Collaboration
Eve Etienne
Collaboration
Elisabeth Miro
Réalisation
Zoé Sfez
Production déléguée
Céline Loozen
Collaboration